•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Toronto accuse Doug Ford de lui demander des coupes intenables

Deux hommes se parlent debout dans un bureau.

Le maire de Toronto, John Tory (à g.), et le premier ministre Doug Ford (archives)

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Radio-Canada

Le maire de Toronto, John Tory, revient à la charge contre Doug Ford et ses coupes budgétaires, affirmant dans une lettre adressée au premier ministre qu'il est impossible pour la Ville de trouver des économies de plus de 177 millions de dollars « en plein milieu d'année ».

M. Tory avait déjà dénoncé publiquement les coupes du gouvernement Ford en santé publique et dans les services de garde pour enfants, notamment.

Il écrit maintenant à M. Ford, fort de l'appui d'une résolution de tout le conseil municipal et alors que la cote de popularité du gouvernement conservateur est à la baisse.

En péril, selon le maire : jusqu'à 6000 places subventionnées en garderie, plus de 600 programmes de déjeuners dans les écoles et la détection de nouvelles menaces à la santé publique.

Ces compressions unilatérales et rétroactives dans des programmes cofinancés par la province et la Ville forceront Toronto, prévient le maire dans sa lettre, à sabrer des services de base ou à augmenter les impôts fonciers La Ville, ajoute-t-il, a adopté il y a plus de deux mois son budget pour 2019.

M. Tory presse à nouveau M. Ford d'annuler les coupes proposées.

Il n'est pas logique de penser qu'on puisse trouver [des économies de 177,65 millions en plein milieu d'année].

John Tory, maire de Toronto
Photo d'un homme en complet derrière un micro. On aperçoit des enfants en arrière-plan.

Le maire de Toronto, John Tory, a fait un point de presse dans une garderie, mardi, pour dénoncer les coupes de Doug Ford.

Photo : Radio-Canada

La Ville a besoin de temps, dit-il, pour trouver des économies en partenariat avec la province, sans miner les services de base.

Le premier ministre Ford a fustigé le maire dans le passé. Il a cité les économies que son frère, l'ex-maire Rob Ford, et lui avaient trouvées dans le budget municipal lorsqu'ils étaient aux commandes à l'hôtel de ville de Toronto.

Les Ford ont chiffré ces économies à 1 milliard, une affirmation que plusieurs observateurs ont remise en question.

Le maire Tory décoche une flèche à l'endroit de Doug Ford dans sa lettre en disant qu'il n'avait trouvé à l'époque que 12,6 millions en économies à l'hôtel de ville, après avoir dépensé 3,5 millions pour un audit.

Nous savons tous deux - y compris selon votre propre expérience à l'hôtel de ville de Toronto -, qu'il n'est pas facile de trouver des économies, lance M. Tory.

Aucun député progressiste-conservateur n'a été élu à Toronto en promettant de sabrer les services de garde, les programmes de nutrition pour élèves ou les examens dentaires gratuits.

John Tory, maire de Toronto

Le maire remet en question à nouveau les priorités du gouvernement Ford, qui est prêt à dépenser des millions, dit-il, pour permettre la vente de bière dans les dépanneurs et lancer une campagne de publicité contre la taxe carbone fédérale.

M. Tory répète qu'il comprend la situation financière précaire de la province et qu'il est prêt à s'asseoir avec le gouvernement Ford pour discuter de solutions.

Le maire rejette d'emblée l'idée d'un financement provincial pour un audit municipal, affirmant que la Ville épluche déjà ses dépenses chaque année et qu'une telle initiative serait simplement un coup de relations publiques de la part du gouvernement Ford.

Politique provinciale

Politique