•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Urgence de l'Hôpital Concordia : une autre manifestation malgré un changement de position

Des manifestants écoutent un discours lors de la manifestation pour s'opposer à la fermeture de la salle d'urgence de l'Hôpital Concordia.

Une quarantaine de manifestants ont montré leur opposition à la décision du gouvernement manitobain de fermer la salle d'urgence de l'Hôpital Concordia de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Patrick Foucault

Patrick Foucault

Malgré le changenent de cap du gouvernement manitobain en annonçant que la salle d'urgence de l'Hôpital Concordia de Winnipeg deviendrait une salle d'urgence mineure plutôt qu'une clinique sans rendez-vous tel qu'annoncé précédemment, l'opposition se fait toujours sentir.

À un âge où il a besoin de plus en plus de soins de santé, le manifestant Glen Stewart voit ses options diminuer.

Le sexagénaire réside dans un foyer pour aînés près de l'Hôpital Concordia à Winnipeg. L'établissement devrait voir sa salle d'urgence ne traiter que des urgences mineures à compter du mois de juin, laissant moins de ressources pour aider ceux qui, comme M. Stewart, dénoncent la décision du gouvernement provincial.

Le manifestant Glen Stewart répond à une question de notre journaliste.

Glen Stewart s'oppose à la fermeture de la salle d'urgence de l'Hôpital Concordia.

Photo : Radio-Canada / Tom Asselin

Nous ne pouvons nous permettre d'attendre si longtemps pour de l'aide dans une salle d'hôpital.

Glen Stewart, manifestant

Des manifestations qui ont eu un effet

La manifestation de la fête de la Reine s'ajoute aux nombreux moyens de pression des derniers mois, par lesquels des centaines de Winnipégois ont réclamé le maintien de la salle d'urgence de Concordia.

Cette dernière reste malgré tout celle où les temps d'attente sont déjà les plus élevés au pays, et ce, depuis des années, selon des chiffres de l'Institut canadien d'information sur la santé.

Jeudi, le gouvernement de Brian Pallister a annoncé le remplacement de la salle d'urgence de l'Hôpital Concordia par un centre de soins d'urgence dans les six prochaines semaines, tranchant avec l'annonce de fermeture suivie de la création d'une clinique sans rendez-vous faite l'an dernier par le ministre provincial de la Santé, Cameron Friesen.

Ce changement signifie toujours moins de ressources, déplore cependant la manifestante Clile Villa.

La manifestante Clile Villa répond à une question de notre journaliste.

Avec une population grandissante et vieillissante, la manifestante Clile Villa croit qu'il faut ouvrir des hôpitaux plutôt que de fermer des salles d'urgence.

Photo : Radio-Canada / Tom Asselin

La population est en train de s'agrandir et il y a moins d'hôpitaux. On a beaucoup de personnes âgées qui n'auront pas le temps d'attendre.

Clile Villa, manifestante

Des mesures qui « ont eu du succès ailleurs », dit la province

Après la manifestation, M. Friesen a indiqué que, selon « des experts », le plan du gouvernement « pour améliorer le système de santé est correct, mais que les délais sont problématiques ».

Selon les experts cités par le ministre, l'établissement d'un centre de soins d'urgence à l'Hôpital Concordia « ajouterait la capacité nécessaire et renforcerait la sécurité des patients ».

Cameron Friesen soutient que des changements semblables ont déjà conduit à la réduction des temps d'attente dans des villes comme Vancouver et Calgary.

Deux affiches posées aux pieds de manifestants.

De nombreux manifestants portaient des affiches indiquant : « gardons la salle d'urgence de Concordia ouverte ».

Photo : Radio-Canada

Manitoba

Établissement de santé