•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington lève une partie des restrictions visant Huawei

Huawei a lancé dans les dernières mois une ambitieuse offensive publicitaire internationale pour mousser les ventes de ses appareils P30. Photo: iStock / Marco Bonfanti
Radio-Canada

Le département américain du Commerce a levé partiellement les restrictions qu'il avait imposées à Huawei.

Il autorise temporairement, jusqu'au 19 août, le géant chinois des télécoms à conserver ses réseaux existants et à fournir des mises à jour logicielles aux possesseurs de ses téléphones.

Huawei doit toutefois obtenir une autorisation de l'administration américaine pour se procurer des composants et des pièces électroniques afin de fabriquer de nouveaux produits.

Aussitôt l’annonce américaine faite, l'entreprise chinoise a déclaré qu'elle allait continuer à fournir des mises à jour et services après-vente à tous les téléphones intelligents et tablettes de ses marques Huawei et Honor.

Le fondateur de Huawei, Ren Zhengfei, a également tenu tête mardi aux États-Unis en indiquant qu'ils « sous-estimaient » son entreprise, affirmant que le développement du réseau 5G « ne serait pas affecté » par les sanctions américaines.

« Le personnel politique américain, par ses façons de faire à l'heure actuelle, montre qu'il sous-estime notre force », a indiqué M. Ren lors d'un entretien à la télévision publique CCTV et avec d'autres médias.

Jeudi dernier, l'administration de Donald Trump avait placé Huawei sur une liste noire, lui fermant le marché des produits américains.

Huawei risquait de perdre rapidement son emprise sur le numéro 2 mondial des ventes de téléphones portables, après que Google eut annoncé qu'elle se conformerait aux restrictions du gouvernement américain visant à punir la centrale technologique chinoise.

La décision de l'administration Trump, qui empêche les entreprises américaines de vendre des composants et des logiciels à Huawei, fait monter les enchères dans une guerre commerciale avec Pékin, qui reflète en partie une lutte pour la domination économique et technologique mondiale.

Google a déclaré qu'elle continuerait à prendre en charge les téléphones Huawei existants, mais que les futurs appareils ne seraient pas dotés de ses applications et services phares, notamment les cartes, le courriel Gmail et la recherche. Seuls les services de base seraient offerts dans les futures versions du système d'exploitation Android sur les appareils de Huawei.

Les ventes de téléphones intelligents de Huawei aux États-Unis sont minuscules – et l'empreinte de la société chinoise dans les réseaux de télécommunications se limite aux petits fournisseurs de services sans-fil et Internet  –, de sorte que toute incidence sur les consommateurs américains d'une interruption des services Google serait minime.

Avec les informations de Associated Press, et Reuters

Téléphones intelligents

Économie