•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« La fièvre des Mooseheads » : un mal sérieux selon le maire d’Halifax

Un homme étendu avec un mal de tête.

Les amateurs de sports pourraient souffrir de « la fièvre des Mooseheads » jeudi matin.

Photo : iStock

Radio-Canada

Jeudi matin, de nombreux employés pourraient présenter des symptômes de « la fièvre des Mooseheads », comme un retard au travail et des vertiges. Le maire d'Halifax demande aux employeurs d'être indulgents avec eux.

Le prochain match des Mooseheads contre les Huskies de Rouyn-Noranda aura lieu mercredi. Certains résidents d’Halifax pourraient, ce soir-là, être atteints de ce que le maire Mike Savage appelle la fièvre des Mooseheads.

Ce dernier a donc voulu rappeler aux employeurs de sa municipalité que de nombreux travailleurs pourraient fonctionner à capacité réduite jeudi. Il leur a demandé, dans une lettre ouverte, d’être indulgents envers ceux-ci.

Je vous prie de garder à l’esprit que cette journée historique pour le sport est importante pour les amateurs, écrit-il. Il est raisonnable de présumer que certains d'entre eux se coucheront plus tard que d'habitude ou prendront des décisions imprudentes en matière d'alimentation et de boisson.

Mike Savage conseille même aux entreprises de retarder les réunions matinales et de s’assurer qu’il y a de l’eau fraîche et des collations disponibles pour leurs employés qui pourraient souffrir de la fièvre des Mooseheads.

Nouvelle-Écosse

Hockey