•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations en Beauce : des résidents de Sainte-Marie toujours dans l'incertitude

Un mois plus tard, l'eau s'est retiré du paysage de Sainte-Marie.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Radio-Canada

Un mois après la crue de la rivière Chaudière qui a inondé près de 1000 résidences à Sainte-Marie, en Beauce, plusieurs sinistrés sont encore en attente de réponses du ministère de la Sécurité publique.

Même si dans la rue, la vie semble avoir repris son cours, derrière les portes des résidences le travail qui reste à faire est colossal.

Comme de nombreux Beaucerons, François Duquet est habitué de voir son sous-sol inondé chaque printemps, mais la crue de la rivière Chaudière a atteint cette année le premier plancher.

Habitué de se relever les manches, le plus pénible n'est pas le travail qu'il reste à faire, mais plutôt le manque de réponse du ministère de la Sécurité publique. Il ne sait pas si sa maison sera condamnée ou non.

Si on commence à réparer et puis en réalité il la démolit, on travaille pour rien et on dépense des sous pour rien.

François Duquet
François Duquet, résident de Sainte-Marie

François Duquet, résident de Sainte-Marie

Photo : Radio-Canada

« Ils sont tous débordés, ils travaillent très forts, et ils veulent tous bien faire, mais nous on ne sait pas, on n’a pas de réponses et il nous manque des informations », dit-il.

Henri Cliche, résident de Sainte-Marie

Henri Cliche, résident de Sainte-Marie

Photo : Radio-Canada

De son côté, Henri Cliche habite depuis 40 ans dans une résidence vieille de 200 ans. Il ne sait toujours pas s'il pourra y demeurer.

« En attendant, moi j'ai un loyer en haut. Je reste en haut, mais on ne sait plus. On ne sait pas trop à quoi s'attendre. On ne peut pas toucher à rien », déplore-t-il.

Le ministère de la Sécurité publique répond avoir reçu plus de 1300 demandes de réclamation en Beauce, dont 754 à Sainte-Marie. Il assure faire le plus rapidement possible, mais chaque dossier doit être traité individuellement.

Avec les informations de Marc-Antoine Lavoie

Québec

Environnement