•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles constructions au Parc du Bourg de Pabos sèment l'inquiétude

La Base plein air de Bellefeuille
La Base plein air de Bellefeuille Photo: Gracieuseté de la Base plein air de Bellefeuille
Adrianne Gauvin-Sasseville

Une résidente de Chandler, Sonia Albert, affirme qu'un groupe de citoyens s'inquiète des impacts environnementaux liés à l'aménagement de 8 nouveaux bâtiments au Parc du Bourg de Pabos.

Ces nouvelles constructions sont réparties en forêt et sur la plage dans le cadre du projet URA, un circuit multimédia d'environ un kilomètre qui sera ouvert aux visiteurs cet été.

Mme Albert estime que ces installations nuisent à la flore et à la faune, spécialement celles situées sur les berges. Ont-ils le droit d'installer des choses comme ça sur la plage ? Ça dérange beaucoup les gens, dit-elle.

Depuis l'arrivée du sentier illuminé Nova Lumina, la citoyenne se désole de voir le décor altéré par de nouvelles installations. On trouve qu'ils empiètent beaucoup sur des terrains publics. Tout le monde se demande depuis deux semaines ‘‘ Pourquoi installent-ils ce genre de cabane sur les berges ’’?, ajoute-t-elle.

Un projet étudié par le ministère de l'Environnement

La directrice générale du Parc du Bourg de Pabos, Elsa Pépin, affirme qu'une étude a été réalisée par la firme Pesca Environnement avant d'ériger ces stations pour s'assurer qu'il n'y ait aucun risque pour l'environnement.

[On a vérifié] s’il y avait des risques avec certains animaux, s'il y avait des sites de nidification, ou s'il y avait une aire protégée pour les oiseaux. Rien n'a été constaté au niveau du danger pour la faune et la flore, affirme-t-elle.

Toutes les autorisations nécessaires pour réaliser le projet URA ont été obtenues des ministères de l'Environnement et de la Culture, indique Mme Pépin.

Le ministère de la Culture protège l’entièreté du site du Bourg. On n’a pas le droit de creuser ou de faire certaines constructions.

Elsa Pépin, directrice générale, Parc du Bourg de Pabos

Mme Albert s'est également dite inquiète de voir plusieurs arbres coupés pour aménager ce nouveau circuit. Ils sont en train de faire un stationnement aussi et ils ont coupé énormément d'arbres pour le faire, indique-t-elle.

La directrice du Parc du Bourg de Pabos veut rassurer la communauté. Quand il y a de la coupe d'arbres, ce sont des arbres qui sont morts ou dangereux pour les citoyens qui circulent dans les sentiers, précise-t-elle. On est classé patrimoine naturel, donc on doit demander des autorisations même pour couper des arbres. À ce niveau-là, toutes les autorisations nécessaires ont été demandées, reçues et approuvées, assure-t-elle.

Toutes les plages et tous les sentiers demeureront accessibles aux citoyens, malgré ce nouveau circuit, mentionne Elsa Pépin.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Environnement