•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Solution réclamée pour l'église Saint-Coeur-de-Marie

Photo : Radio-Canada/Guylaine Bussière

Jean-François Nadeau

Le conseiller municipal de Démocratie Québec, Jean Rousseau, souhaite que la fermeture d'une partie de la Grande Allée force la Ville de Québec à trouver une solution dans le dossier de la préservation de l'église Saint-Coeur-de-Marie.

La Grande Allée est fermée à la circulation depuis la semaine dernière, entre la rue de Claire-Fontaine et le cours du Général-De Montcalm. De gros blocs de béton ont aussi été installés autour de l'église Saint-Coeur-de-Marie, pour assurer la protection des passants, parce que des parties de l'église pourraient tomber.

Jean Rousseau croit que cette fermeture va remettre le sujet de l'avenir de l'église à l'avant-plan.

« Nous avons une opportunité pour essayer de régler ce dossier-là une fois pour toutes. Il faut qu'on soit capables de s'entendre. Ce n'est pas vrai que ça va rester là un an, ici, à bloquer la Grande Allée. Curieusement, ce mur va peut-être précipiter les conversations pour qu'on puisse arriver à une solution durable », affirme-t-il.

Les blocs de béton autour de l'église Saint-Coeur-de-Marie

Les blocs de béton autour de l'église Saint-Coeur-de-Marie

Photo : Radio-Canada/Guylaine Bussière

Long conflit

Le propriétaire de l'église, le promoteur Louis Lessard et la Ville de Québec sont à couteau tiré depuis plusieurs années. Les deux parties devront se présenter en cour à la fin juin pour discuter de la sécurité de l'immeuble. Le promoteur affirme que la Ville a causé un dégât d'eau qui a fragilisé la structure de l'église. Il réclame que la Ville paie les coûts de démolition.

Le promoteur a aussi intenté une poursuite de 17 millions de dollars contre la Ville. Il allègue que l'administration municipale a contrecarré son projet de construction d'une tour à condos de 18 étages.

L'administration Labeaume ne doit pas utiliser les tribunaux comme prétexte pour ne pas agir, estime Jean Rousseau.

« La Ville s'est engagée à poser des gestes dès 2010. Elle a annoncé que l'église serait expropriée. On est dans un litige avec le propriétaire, mais là la Ville doit agir. Les gens me disent "17 millions, c'est beaucoup trop". On vient d'investir 110 millions pour sauver le manège militaire », souligne-t-il.

Pertes pour les commerçants

En attendant, les entraves à la circulation causent des pertes de revenus pour les commerçants de la Grande Allée.

« Les commerces sont tous dépendants de l'achalandage ici sur la Grande Allée. Je pensais que c'était temporaire pour deux ou trois jours. C'est sûr que ça va affecter les affaires ici », affirme le propriétaire du café Le Mix, Ali Mahmoodi.

La Ville de Québec informe qu'une voie sera disponible dans chaque direction sur la Grande Allée à compter du milieu de la semaine.

Avec les informations de Guylaine Bussière

Québec

Immobilier