•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Terrain de baseball cadenassé à Tracadie : le diocèse de Bathurst s’explique

L’administration Plante laisse tomber le programme de réfection des terrains de baseball, mais continuera à promouvoir le baseball.
Des citoyens de Tracadie, dans la Péninsule acadienne, ont eu la mauvaise surprise, vendredi soir, de ne pas pouvoir accéder au terrain de baseball qu'ils utilisent depuis des années. Photo: iStock / 33ft
Radio-Canada

Un désaccord sur l'entretien d'un terrain de stationnement a entraîné la fermeture d'un terrain de baseball à Tracadie, explique l'évêque de Bathurst, Daniel Jodoin.

Plusieurs citoyens ont eu la surprise de voir, vendredi, un cadenas sur la porte du terrain de baseball et de planche à roulettes. Le terrain est une propriété du diocèse de Bathurst.

La fermeture du terrain est une initiative du comité de gestion de la paroisse de Tracadie qui reflète un désaccord avec les autorités municipales, indique Daniel Jodoin.

Le stationnement, c’est ça le gros problème actuellement. C’est un stationnement qui est devenu municipal. Les gens qui vont au terrain de balle, l’hiver comme l’été pour les activités, ils utilisent ce stationnement. Donc, ce n’est plus un stationnement paroissial, mais municipal. Donc, la municipalité doit faire sa part pour l’entretenir s’ils veulent que les gens puissent profiter du terrain de balle et du terrain de jeu. C’est ce qui est en jeu, affirme Mgr Jodoin.

Le comité de gestion de la paroisse a dit : " On va défendre les droits des paroissiens et on va faire un geste pour signifier qu’on va se tenir debout ". C’est tout.

Daniel Jodoin, évêque de Bathurst
L'évêque de Bathurst, Daniel JodoinL'évêque de Bathurst, Daniel Jodoin (archive). Photo : Radio-Canada

Selon l’évêque, la Municipalité a rejeté l’automne dernier les ententes précédentes sur l’entretien du stationnement. Les autorités municipales ont aussi proposé d’acheter le terrain « pour peu », dit-il, mais sans s’engager à conserver sa vocation sportive et communautaire actuelle.

Le maire de Tracadie, Denis Losier, assure quant à lui que la Ville et le diocèse s’étaient notamment entendus pour permettre aux résidents d’utiliser le stationnement si la Municipalité payait pour le déneigement, ce qu’elle fait, dit-il.

Il n’est pas question de le donner. Ç’a une valeur. Aussi, on veut s’assurer que ce terrain, si on le vend à un prix raisonnable à la Ville, que demain ils ne vont pas le vendre à des entrepreneurs immobiliers. On veut que ça demeure un terrain public pour les activités de sport au profit de toute la communauté, souligne l’évêque Jodoin.

Tracadie tient au baseball

La Municipalité de Tracadie, si elle achète le terrain sportif, ne compte pas changer sa vocation, selon le maire Denis Losier.

Je pense que le baseball à Tracadie est là depuis longtemps et c’est une activité très populaire, très prisée par la population. Je suis certain que la Municipalité n’a jamais eu le goût d’envisager un changement de vocation. C’est certain que si nous, on voulait prendre possession du terrain par un achat, c’était pour continuer dans la mission d’offrir du baseball à nos jeunes à Tracadie, assure le maire Losier.

Entre-temps, les jeunes n’ont plus accès au terrain de baseball et de planche à roulette, mais Daniel Jodoin assure que ce n’est qu’une mesure temporaire en attendant la conclusion d’un accord. Il dit être convaincu que les jeunes y auront à nouveau accès cet été.

Avec des renseignements de Rachel Gauvin et de Margaud Castadère

Nouveau-Brunswick

Politique municipale