•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario retranche des centaines de millions de dollars des budgets municipaux

Deux hommes se serrent la main.
Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, félicite son ministre des Finances Vic Fedeli à la suite de la présentation du budget 2019 de la province, à Queen’s Park, le 11 avril 2019. Photo: La Presse canadienne / Frank Gunn
Radio-Canada

Les municipalités de l'Ontario pourraient être forcées d'augmenter l'impôt foncier ou de réduire les services en raison des compressions imposées par la province qui pourraient s'élever à plus d'un demi-milliard de dollars.

Lorsque le gouvernement progressiste-conservateur a présenté son premier budget, le 11 avril, il s’est engagé à éliminer un déficit de 11,7 milliards de dollars sur cinq ans.

Depuis, les municipalités ont été informées de diverses compressions au compte-gouttes.

Le maire de Toronto, John Tory.Le maire de Toronto, John Tory. Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Les compressions entrent en vigueur alors que les municipalités ont déjà adopté leur budget.

C’est ironique que le ministre des Finances ait commencé son discours en affirmant : “Nous sommes très fiers du fait que nous n’avons pas augmenté les impôts cette année”, a déclaré le maire de Toronto, John Tory.

Et pourtant, il savait qu’il allait nous envoyer des courriels quelques heures plus tard qui nous obligent à augmenter l'impôt foncier.

La Ville de Toronto estime à elle seule que les compressions lui coûteront 178 millions de dollars cette année.

Selon le maire Tory, les contribuables ne feront pas d’économie.

Les maires de grandes villes ontariennes accusent le gouvernement de l’Ontario de sournoisement transférer des responsabilités provinciales aux municipalités.

Les services de santé publique

La province a annoncé qu’elle ne financera plus à 100 % les bureaux de santé publique.

La contribution de l’Ontario ne s’élèvera qu’à 60 à 75 % du budget de la plupart des bureaux.

Cependant, la province ne financera que 50 % des coûts du bureau torontois.

Cette mesure permettra à la province d’économiser 200 millions de dollars par année d’ici 2021-2022.

Le véhicule vu de côté.Les services ambulanciers sont aussi touchés par les compressions. Photo : Radio-Canada / CBC

Les services d’urgence

Les municipalités recevront 7,7 millions de dollars de moins pour les services ambulanciers et les services d’urgence cette année.

Interrogée au sujet de cette réduction, une porte-parole du ministère de la Santé a indiqué que le gouvernement espère consolider les services de santé d’urgence. Aucun secouriste de première ligne ne perdra son emploi, a-t-elle dit.

De leur côté, les offices de protection de la nature reçoivent 3,7 millions de dollars de moins cette année pour les programmes de gestion des inondations, soit une réduction de 50 %.

Une station d'essencePlus de 300 M$ de la taxe sur l'essence devaient financer des projets municipaux de transport en commun. Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

La taxe sur l’essence

L’Ontario a aussi annulé l’augmentation prévue de la proportion de la taxe sur l’essence qui revient aux municipalités.

Les municipalités avaient prévu que leur part de la taxe passerait de 364 millions à 642 millions de dollars en 2021–2022.

En campagne électorale, les progressistes-conservateurs avaient promis de maintenir l’augmentation.

Ces fonds devaient financer des projets de transport en commun.

Les infrastructures rurales

Le financement des infrastructures des petites collectivités a été réduit de 100 millions de dollars.

Le gouvernement a déclaré que les municipalités auraient accès à de nouvelles sources de financement pour les infrastructures.

Une enfant qui feuillette un livreUne enfant qui feuillette un livre Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Les services de garde

L’impact des compressions sur les garderies plus difficile à déterminer.

L’Ontario versera 80 millions de dollars de moins aux municipalités pour les services de garde d’enfants.

Les municipalités et le secteur des garderies affirment que cette compression sera beaucoup plus élevée une fois que les changements au partage des coûts auront été apportés à des programmes comme celui sur la création de places dans les garderies sans but lucratif.

De plus, la province a prévu 93 millions de dollars de moins cette année pour les dépenses en capital liées aux services de garde.

Une porte-parole du ministère a déclaré que le financement de tous les projets déjà approuvés sera maintenu.

Toutefois, le gouvernement mettra un terme à ces dépenses cette année.

Une jeune famille dans une bibliothèque Les bibliothèques publiques de l'Ontario ressentiront l'impact de ces compressions. Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Les bibliothèques publiques

Les prévisions de dépenses du gouvernement indiquent que le soutien au secteur des bibliothèques a diminué de 22 millions de dollars, ce qui s’explique par le fait que le gouvernement précédent n’a pas donné suite à ses promesses, comme la création d’une bibliothèque publique numérique.

Les subventions de fonctionnement de base sont maintenues.

Toutefois, le gouvernement a réduit de 2,3 millions de dollars son financement aux services de bibliothèques publiques de l’Ontario, qui financent entre autres les prêts entre bibliothèques, la livraison de livres, la formation du personnel et la mise en commun des coûts pour réaliser des économies.

Les services de tourisme

Le financement des organismes touristiques régionaux de la province a été réduit d’environ 17,5 millions de dollars.

Ce montant comprend l’élimination des fonds destinés à Tourisme Toronto et Tourisme Ottawa.

Des compressions qui suscitent des réactions

Pat Vanini, directrice générale de l’Association des municipalités de l’Ontario, a déclaré que les administrations municipales ont de la difficulté à déterminer avec précision le coût de ces compressions.

Le défi que nous avons à relever, c’est que chaque jour, il semble qu’on apprend quelque chose de nouveau, dit-elle.

Une femme qui est devant une caméra et qui répond à des questions des journalistes. Andrea Horwath, chef du NPD de l'Ontario. Photo : Radio-Canada

Ce n'est pas la première fois que cela se produit, mais c'est vraiment difficile à gérer, surtout quand on n'a pas toutes les informations.

Le chef du NPD, Andrea Horwath, a déclaré que les réductions auront des répercussions sur les résidents sous forme d'augmentation de l'impôt foncier.

Le budget était volontairement vague, mais les compressions sont très, très claires et très, très douloureuses, dit-elle.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Politique provinciale