•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin d'Android sur Huawei : les conséquences pour les téléphones intelligents

Un panneau publicitaire de Huawei est visible devant un magasin Apple dans une rue de Shanghai.
Huawei est l'un des trois principaux fournisseurs de téléphones intelligents au monde, devant Apple. Photo: Getty Images / STR
Agence France-Presse

La fin des mises à jour d'Android sur les téléphones intelligents du fabricant chinois Huawei peut rapidement compliquer la vie des utilisateurs de ces appareils, mais surtout largement redessiner le marché des applications mobiles.

Désormais numéro deux mondial sur le marché des téléphones intelligents, Huawei vend des dizaines de millions d'appareils chaque mois dans le monde. Il a écoulé près de 203 millions d'appareils en 2018, après 150 millions en 2017, selon le cabinet Gartner.

Au premier trimestre de 2019, Huawei a continué sur sa lancée, avec 59 millions d'appareils vendus selon le cabinet IDC, talonnant le numéro un mondial, Samsung, et laissant loin derrière le numéro trois, Apple.

Un risque pour la sécurité

Pour les utilisateurs de téléphones intelligents Huawei, les conséquences peuvent être importantes, car Google met régulièrement à jour ses différentes versions d'Android, le plus souvent pour des raisons de sécurité.

Les téléphones Huawei pourraient donc présenter des failles non corrigées, à moins que le fabricant chinois ne décide de réaliser lui-même ces mises à jour.

Ce risque n'est toutefois pas immédiat, car Android a précisé qu'il continuerait pour l'instant à effectuer les mises à jour concernant la sécurité.

La question des applications

L'autre conséquence, plus lointaine, concerne les applications. Car à mesure que Google met à jour Android, les centaines de millions d'applications proposées sur sa boutique d'applications le sont également, les développeurs souhaitant les voir rester compatibles.

Or ces mises à jour des applications entraînent une forme d'obsolescence des appareils qui ne disposeraient pas des dernières mises à jour d'Android, avec à terme des applications qui se retrouveraient tout simplement incapables de fonctionner.

Huawei va-t-il créer son propre système d'exploitation?

À court terme, Huawei ne dispose que de peu de solutions. Sur ses appareils actuels, la mise en place d'un nouveau système d'exploitation, pour remplacer Android, est compliquée. Sur ses appareils à venir, une solution s'avérerait également difficile à trouver : le seul système d'exploitation suffisamment répandu est l'iOS d'Apple, offert exclusivement sur les iPhone.

Microsoft avait tenté de lancer une version mobile de son célèbre Windows en 2010, qu'il n'avait réussi à proposer que sur ses propres téléphones. Mais les Windows Phone n'ont pas rencontré le succès, et Microsoft a abandonné l'aventure en 2017.

À moyen terme, cette décision de Google pourrait inciter Huawei à suivre l'exemple d'Apple et proposer son propre système d'exploitation, une idée qui trottait depuis un moment déjà dans la tête des dirigeants du géant chinois.

Aujourd'hui numéro deux mondial, Huawei est en effet difficilement contournable pour les développeurs d'applications, qui seraient donc forcés de proposer une version Huawei de leurs produits afin d'éviter de se couper d'une part significative du marché.

Sans aller aussi loin, Huawei peut parfaitement développer une fourche d'Android, une version qui lui serait propre tout en réutilisant la plupart des codes d'Android, qui sont libres de droits, ce qui lui permettrait de garder un produit compatible aux applications développées pour Android.

Un choix risqué pour Google

Pour Google également, la décision de couper les ponts avec Huawei est tout sauf neutre. En dehors des iPhone, Google jouit sur le marché du téléphone intelligent d'une position monopolistique avec Android, un produit qui lui a permis de développer ses services associés, les moteurs de recherche mobiles, la géolocalisation avec Google Maps...

Ces services lui sont essentiels en matière de captation des données des utilisateurs, son modèle économique étant fondé sur la vente d'espaces de publicité ultraciblés, à l'image de Facebook.

À moyen terme, Google pourrait perdre l'accès aux données essentielles de centaines de millions d'utilisateurs de téléphones Huawei. Mais c'est surtout le développement d'un système d'exploitation propre à Huawei qui peut représenter un vrai risque pour Google.

Par ailleurs, le bras de fer entre Huawei et Google représente un coup de semonce pour les autres fabricants chinois, comme Xiaomi, Oppo, OnePlus..., qui sont tous en embuscade derrière Samsung, Huawei et Apple. En cas de développement d'un système d'exploitation par Huawei, ses concurrents chinois pourraient être incités à y passer, pour éviter d'être à leur tour victimes de futures pressions américaines.

Téléphones intelligents

Techno