•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le don d'organes procure un peu de réconfort à une famille

Une photographie commémorative de Ben Baurin sur un mur de la caserne des pompers
Le jeune pompier Ben Baurin est mort accidentellement le 2 avril 2019. Photo: CBC/Jeorge Sadi
Radio-Canada

Le don des organes d'un jeune pompier mort récemment en Nouvelle-Écosse va améliorer la vie de plusieurs personnes, ce qui apporte un peu de réconfort à sa famille.

Ben Baurin, 20 ans, était pompier volontaire à Chezzetcook, à l'est d'Halifax. Il est mort dans un accident de la route à Dartmouth le 2 avril dernier.

Son père, Bruno Baurin, a reçu une lettre de la Régie de la santé, la semaine dernière, expliquant que deux personnes ont recouvré la vue grâce au don de cornées de son fils.

De plus, des tissus oculaires serviront à d'autres opérations des yeux et des greffes de peau seront administrées sur des personnes ayant subi des brûlures graves.

Le jeune pompier volontaire avait consenti au don d'organes, explique Bruno Baurin.

Son fils avait pensé que c'était une bonne idée d'aider d'autres personnes en cas de décès et ses parents l'avaient appuyé dans sa décision.

Le jeune homme était un francophone, un ancien élève de l'École du Carrefour à Dartmouth.

Bruno Baurin en entrevueLes pompiers de Chezzetcook ont apposé des autocollants sur leurs camions en hommage à son fils, indique Bruno Baurin. Photo : CBC/Jeorge Sadi

Ben Baurin laisse aussi ses collègues dans le deuil. Il travaillait au contrôle de sécurité à l’aéroport international Stanfield, à Halifax. Ses collègues ont observé une minute de silence en son honneur et ils ont invité les passagers à les imiter, affirme Bruno Baurin.

Il était pompier volontaire depuis 2017, pour la caserne 23, dans la communauté acadienne de Chezzetcook. Son but était de devenir pompier à temps plein.

Le personnel d’une animalerie où il a travaillé dans le passé a affectueusement donné son nom, Benny, à un oiseau. M. Baurin dit que son fils aimait beaucoup les animaux et qu’il avait un chien nommé Archer.

Lors des funérailles, la famille Baurin a demandé aux gens de faire des dons à la SPCA au lieu d’apporter des fleurs.

Avec les renseignements d’Anjuli Patil, de CBC, et de Stéphanie Blanchet

Nouvelle-Écosse

Santé