•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conditions météorologiques forcent les écoles de conduite à s'adapter

Quatre voitures de Tecnic sont stationnées. On peut lire sur le toit « Élève au volant ».
Les intempéries ont été la cause de nombreux désistements cet hiver, selon Marcel Deschênes. Photo: Radio-Canada / Mélanie Picard
Emily Blais

Le froid, les tempêtes de neige d'un rude hiver et les conditions changeantes du printemps ont eu un impact sur les écoles de conduite Tecnic, du moins celles de Val-d'Or et d'Amos.

Les intempéries ont été la cause de nombreux désistements a constaté Marcel Deschênes. Il est président des écoles de conduite Tecnic à Val-d'Or et Amos. Marcel Deschênes a remarqué que les élèves étaient moins nombreux ces derniers mois. Plusieurs d'entre eux doivent parcourir plusieurs kilomètres, notamment de Senneterre ou Barraute pour suivre les cours.

Cet hiver franchement tout a été retardé. On a eu beaucoup de cassures, on a eu moins d'élèves parce qu'ils partaient de loin et puis quand tu fais deux heures, 2 heures et demie pour te rendre normalement avec les froids, les vents et la neige qu'on a eu, le monde ça leur prenait minimum 3 à 4 heures pour descendre alors quand ils descendent pour deux heures et qu'ils remontent un autre 3 à 4 heures alors tout le monde perd une journée, mentionne Marcel Deschênes.

Le temps de transit est une donnée qui irrite le président des écoles de conduite Tecnic qui aimerait faire passer la durée des cours théoriques de 2 à 4 heures.

Ce qui est de valeur depuis 2010, c'est que ce sont des blocs de 2 heures. On essaie d'avoir des dérogations, mais ça ne fonctionne pas. Ce sont les parents et les jeunes qui payent et ils partent de loin. Selon la SAAQ et l'AQR [Association québécoise des transports], on n'a pas le droit. Ils ne veulent pas, souligne le président d'écoles de conduite.

Marcel Deschênes espère voir de nombreux élèves sur ses bancs d'école aux mois de juin et de juillet.

Le début des cours de moto s'amorce également plus lentement qu'à l'habitude.

Taux de réussite

Les résultats des examens chez Tecnic de Val-d'Or et Amos se démarquent au Québec.
Ça ne s'est jamais vu au Québec. Notre moyenne l'année passée c'était de 146 réussites du premier coup sans échec en circuit fermé, côté pratique. Cette année, on est déjà rendu à 8 de passé et 8 de réussis, souligne Marcel Deschênes.

Abitibi–Témiscamingue

Transports