•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un hiver rigoureux pour des abeilles de l'Ontario

Des abeilles dans une ruche.

Les abeilles ont trouvé l'hiver difficile alors qu'il s'est éternisé dans le nord de la province.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Radio-Canada

Un apiculteur du Nord de l'Ontario tire la sonnette d'alarme en cette deuxième Journée mondiale des abeilles. Alors que les abeilles disparaissent par million chaque année, il craint pour la survie de ces bestioles et rappelle qu'elles sont indispensables pour assurer la sécurité alimentaire de la planète.

L’hiver a été long et rigoureux non seulement pour l’apiculteur Daniel Séguin, mais aussi pour ses abeilles.

Plus de la moitié de ses 65 colonies établies dans ses ruches n’ont pas survécu à la saison froide.

Oui, il y en a toujours qui meurent [mais cette année], le pourcentage de perte est très haut, affirme Daniel Séguin, apiculteur depuis près de 20 ans.

Daniel Séguin pose devant son champs.

Daniel Séguin a perdu la moitié de ses ruches cet hiver.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Il peine à comprendre pourquoi ses bestioles ne sont pas en mesure de survivre.

L'apiculteur de Lavigne croit que les hivers plus longs et plus froids peuvent expliquer ce phénomène.

On a déjà été exposés à des hivers durs, mais pas deux de suites comme en ce moment. On a plus de questions qu’on a de réponses.

Daniel Séguin, apiculteur de Lavigne

La Journée mondiale des abeilles est observée un peu partout dans le monde aujourd’hui, à l’initiative de l’ONU. Elle sert à rappeler que les pollinisateurs, surtout les abeilles, sont en danger et essentiels pour assurer la sécurité alimentaire de la planète.

Daniel Séguin rappelle que la disparition des abeilles met en péril la survie de nombreux ingrédients qui se trouvent dans nos recettes.

Si les abeilles ne sont plus dans le portrait, il va y avoir de grosses composantes de ces assiettes-là qui n'existeront plus, s’exclame-t-il en faisant référence au miel et à de nombreux fruits et légumes qui nécessitent la pollinisation pour se développer.

Plusieurs espèces en voie de disparition en Ontario

Une abeille butine un pissenlit.

Le bourdon à tache rousse et le bourdon acéricole sont deux espèces en voie de disparition en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Depuis plusieurs années, de nombreuses abeilles disparaissent aux quatre coins de la planète.

En Ontario, le bourdon à tache rousse et le bourdon acéricole se comptent parmi les espèces en voie de disparition, selon la scientifique à Science Nord, Meghan Mitchell.

On voit que les populations de bourdons commencent à baisser partout au Canada.

Meghan Mitchell, scientifique chez Science Nord

Il y a plusieurs raisons pour expliquer cela, notamment les changements climatiques et l’utilisation de pesticides et d’insecticides, ajoute-t-elle.

La scientifique soutient que la population peut faire son effort pour aider à la survie des abeilles.

Meghan Mitchell recommande de planter des fleurs indigènes dans les jardins, comme des échinacées, des anémones ou des trilles, pour encourager les abeilles en voie de disparition à la pollinisation.

Elle conseille de proscrire les insecticides et les pesticides dans son jardin et de laisser les pissenlits faire leur oeuvre sur les terrains.

Avec les informations de Colin Côté-Paulette

Toronto

Nature et animaux