•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Popularité montante des brasseries au Nouveau-Brunswick

Une bière en fût.
Le Cavok n'a ouvert ses portes qu'il y a huit mois, mais l'endroit connaît déjà un fort achalandage. Photo: Radio-Canada / Wildinette Paul
Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick compte de plus en plus d'adeptes de bières locales et, en cinq ans, le nombre de brasseries a presque doublé.

Ils sont nombreux à troquer le verre de vin pour la dégustation de bière au repas du soir. D'Edmundston à Moncton, le nombre de brasseries est en essor dans la province.

Plusieurs avancent que c'est le résultat d'un changement dans les habitudes de consommation des gens, d'autres pensent que c'est l'intérêt grandissant pour l'achat de produits locaux.

Dans la province, plus de 40 nouvelles brasseries ont vu le jour dans les 5 dernières années. Avec une moyenne de 8 installations par 100 000 habitants, le Nouveau-Brunswick figure au premier rang au pays à ce chapitre.

Encourager le marché local

Les brasseurs Serge Nadeau et Serge Basque partageaient depuis très longtemps le rêve de s'aventurer dans le domaine de la bière artisanale.

Ils ont décidé il y a trois ans de se procurer un permis de brasseurs et de s'installer dans le garage de M. Nadeau. Ils ont concocté des mélanges aux saveurs qu'ils espéraient uniques.

Un homme verse de la bière dans un verre. Serge Basque, copropriétaire du Cavok Photo : Radio-Canada

Au début, on faisait de la bière dans mon garage. C'était vraiment une période de tests, on n'embouteillait rien. On faisait tester nos produits dans les bars de la région pour avoir l'avis des gens, explique Serge Nadeau.

Il y a huit mois, ils ont officiellement ouvert le Cavok, à Dieppe. Ils y vendent leurs produits et offrent une large variété de bières artisanales. Leur entreprise connaît plus de succès que ce à quoi ils s'attendaient.

On essaie de ne pas trop brusquer les choses. Ça va vraiment vite. On est beaucoup plus achalandés qu'on pensait, ajoute Serge Basque.

Serge Nadeau et Serge Basque remarquent que les clients recherchent de plus en plus des nouveautés, des saveurs qu'ils n'ont encore jamais goûtées.

Je crois que les gens se rendent compte qu'il n'y a pas juste une sorte de bière traditionnelle. On a des produits locaux qui sont bien plus extravagants que ce que les gens sont habitués de boire, affirme M. Basque.

Une partie de l'aventure qu'ils chérissent par-dessus tout, c'est le côté humain de leur travail. Pour Serge Basque, confectionner de la bière est un processus qui demande un travail d'équipe et qui permet à tout le monde de donner un peu de lui-même.

Il y a un gros côté humain, un côté rassembleur, dans le processus de fabrication de la bière. C'est fait dans notre ville, c'est consommé par notre monde, les clients peuvent venir voir à quoi ressemblent les installations. Il y a aussi une fierté d'apporter quelqu'un dans une microbrasserie de sa région, affirme M. Basque.

« Les gens ont appris à déguster la bière »

Marc Melanson, propriétaire de la brasserie Flying Boats Brewing,à Moncton, croit que les gens s'intéressent plus aux bières artisanales parce que leur intérêt pour la consommation d'alcool a changé au cours des dernières années.

Selon lui, les gens ont appris à déguster une bière comme ils le feraient avec du vin ou un spiritueux.

Auparavant, les gens dégustaient avec leur repas un verre de vin, par exemple. Maintenant, on a tellement de produits différents, en termes de microbrasseries et en termes de variété de bières locales, que les gens vont aller en essayer une pour accompagner leur repas, explique-t-il.

Marc Melanson derrière un bar sur lequel sont posés quatre verres de bière produite par sa brasserieMarc Melanson, propriétaire de la brasserie Flying Boats Brewing à Moncton, croit que les consommateurs ont développé un goût pour la dégustation de bières. Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

Les gens trouvent beaucoup plus de plaisir à déguster leur alcool qu'avant, où on buvait de la bière juste pour boire de la bière , ajoute M. Melanson.

Ce dernier trouve dommage que les bières locales ne soient pas plus accessibles sur les étalages d'Alcool Nouveau-Brunswick.

La société des alcools achète depuis longtemps des produits de la Colombie-Britannique, du Québec et de l'Ontario, parce que ces derniers rapportent davantage de profits, croit-il.

Les brasseurs de ces provinces ont un plus grand marché, ils font de la bière depuis 10 ou 15 ans déjà. Ici, c'est une réalité assez récente, en petite quantité , signale Marc Melanson.

Il a lui aussi remarqué chez les Néo-Brunswickois un intérêt grandissant pour les bières locales, au cours des dernières années. Il aime bien faire découvrir des saveurs nouvelles aux gens qui visitent pour la première fois le Flying Boats Brewing.

Au Canada comptait un total de 995 installations en 2018 et une diminution de 3,2 % quant aux ventes de bières importées.

Avec les informations de Wildinette Paul

Nouveau-Brunswick

Bière et vin