•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison écourtée pour les amateurs de voile de l'Outaouais

Un homme qui pose devant son voilier
Avant les inondations de 2017, Joel Hugues n'avait jamais vécu un début de saison aussi tardif. Photo: Radio-Canada / Jean-François Poudrier
Jean-François Poudrier

En temps normal, on peut compter de nombreux bateaux sur la rivière des Outaouais en cette longue fin de semaine. Mais avec la crue des eaux, les propriétaires de bateaux de plaisance n'ont toujours pas reçu l'autorisation de naviguer sur la rivière.

Malgré tout, la marina d'Aylmer bourdonnait d’activité en cette longue fin de semaine. Les propriétaires de voiliers ont été autorisés par la Ville de Gatineau à commencer leurs préparatifs en vue de cette nouvelle saison, qui sera écourtée.

Des quais désertsLes quais de la marina sont déserts alors que le niveau de l'eau demeure très élevé. Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Habituellement, la longue fin de semaine, c'est la fin de semaine où tout le monde en profite pour faire la mise à l'eau, affirme Normand Latour, directeur de l’école Voile Plus. Les bateaux sont propres, ils sont cirés, ils sont brillants, les gens sont excités et il fait beau habituellement. Cette année, ce n’est pas le cas.

On ne sait pas vraiment quand on va aller à l'eau, mais on dit souvent que la voile est l'art de la lenteur, c'est l'art de la patience aussi, et je deviens patient.

Normand Latour, directeur de l’école Voile Plus

Joel Hugues est membre du Centre de voile Grande-Rivière depuis 1984. Il compare situation à celle qu'il a vécu en 2017. Il n'avait jamais vu, auparavant, un tel retard dans les préparatifs.

Depuis le mois d'avril, on pense à venir préparer les bateaux, dit-il. Y'a beaucoup de choses à faire, l'aérer, vérifier qu’il n’a pas d'eau dans le fond, y'a beaucoup de choses à faire. Y'a une semaine de travail.

Un homme prépare son bateau pour la saison.Des propriétaires de voiliers ont pu profiter de la longue fin de semaine pour préparer leur embarcation en vue de la saison. Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

L'édifice de la capitainerie est toujours entouré d'eau. Les bénévoles du club de voile ont dû passer des nuits à l'intérieur, pour s'assurer que les pompes fonctionnaient toujours et éviter l'inondation. Les quais sont loin d'être prêts à accueillir les voiliers.

Normalement, on est au moins à un mètre et demi ou un mètre plus bas, mentionne Richard Saumure, administrateur du Centre de voile Grande-Rivière.

Une maison entourée d'eauLa capitainerie du Centre de voile Grande-Rivière est toujours entourée d'eau, les quais sont inutilisables. Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Ce délai occasionne aussi des problèmes pour l'école de voile. Les cours prennent du retard, et l'équipe de compétition n'aura que très peu de temps pour préparer sa saison.

On va savoir l'ampleur des dégâts quand l'eau va se retirer, affirme Normand Latour. C'est sûr qu’il va falloir que des plongeurs inspectent le tout, pour s'assurer que tout est correct. Il faut aussi s'assurer que ça ne va pas défoncer quand la grue va amener les bateaux, que ça va tenir le coup.

Ottawa-Gatineau

Sports et loisirs