•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le corps de la fillette disparue à Macamic a été retrouvé

Un ruisseau traverse un champ. Des cabanes et des fleurs se trouvent près du bord du ruisseau.

Des fleurs ont été déposées près de l'endroit où la fillette est tombée dans le ruisseau le 4 mai.

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Radio-Canada

À Macamic, le corps de la petite Alicia, 4 ans, disparue il y a deux semaines après être tombée dans un ruisseau, a été retrouvé.

La Sûreté du Québec (SQ) a confirmé que son corps a été retrouvé dimanche après-midi par des bénévoles. La Sûreté du Québec avait suspendu ses recherches jeudi en raison du niveau élevé de l'eau. Le groupe s'est formé le lendemain.

Les services d'urgence ont été appelés à se rendre dans le secteur des 2e et 3e rangs ouest vers 13 h 45.

C'est un long processus de deuil et ils vont pouvoir l'entamer l'esprit en paix.

Josée Gagnon

Josée Gagnon, de Macamic, a contacté la mère de la fillette et a lancé vendredi un appel à la communauté pour poursuivre le travail.

J'ai pris mon courage à deux mains pour lui demander si elle m'autorisait à faire des recherches sur son terrain. Que je prenais sa fille comme ma propre fille. Elle m'a dit qu'il n'y avait aucun problème et qu'elle me remerciait et avec sa famille aujourd'hui, ça a été un grand soulagement, raconte-t-elle.

Retrouvée près de chez elle

La fillette se tenait près du ruisseau, derrière chez elle, lorsqu'elle est tombée dans l'eau. Josée Gagnon affirme que son corps a été retrouvé sous l'eau, à environ 1000 mètres derrière sa maison.

C'est une carte des 2e et 3e rangs ouest à Macamic. Un X se trouve au milieu de la forêt.

Selon Josée Gagnon, le corps de la petite Alicia a été retrouvé près de l'endroit marqué d'un X.

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Je connais la forêt, j'ai fait le tour. De Colombourg à Macamic, du rang 2 à la route 111, je l'ai cherchée. J'avais une équipe de bénévoles que je me suis formée vendredi soir et samedi matin, on était une bonne équipe, mentionne-t-elle.

La sécurité des bénévoles

Pour Josée Gagnon, la sécurité n'était pas une option.

J'ai dit : "On s'habille, il faut se voir, il faut avoir des dossards, il faut avoir de bonnes bottes. C'est un terrain dangereux, c'est escarpé, il y a des branches, on peut s'enfarger, il y a des animaux sauvages, on se tient en groupe et si vous avez un doute que peut-être que vous allez tomber, n'y allez pas", se rappelle-t-elle.

Le groupe de bénévoles sur place dimanche était formé en majorité de membres de la famille de la petite Alicia, selon des témoins.

La fillette jouait sur un terrain près du ruisseau lorsque le drame est survenu. Des enquêteurs de la Sûreté du Québec se sont rendus dimanche à Macamic.

Abitibi–Témiscamingue

Justice et faits divers