•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Si l’espèce ne semble pas venir d'ici, signalez-la! »

Un couple de North Vancouver a capturé cet insecte soupçonné d'être un frelon géant japonais. Photo: OneThousandGs/Twitter
Radio-Canada

Les autorités s’inquiètent de la prolifération des espèces envahissantes en Colombie-Britannique. Elles demandent donc à ceux qui verraient un insecte, un animal ou une plante qui ne semble pas à sa place de les avertir.

La demande survient après quelques cas rapportés d’espèces exotiques dans le Grand Vancouver. Les autorités s’inquiètent des effets que ces espèces envahissantes pourraient avoir sur les espèces indigènes.

Les autorités donnent en exemple un couple de North Vancouver qui a découvert et capturé, il y a une semaine, un énorme frelon dans un bureau situé le long de la rive vancouvéroise. Une découverte qui fait craindre pour la population d’abeilles puisque les frelons chassent cette espèce.

« Dès que nous l’avons aperçu, nous savions que cet insecte n’avait rien à faire ici », explique Valerie Greer, l’une des deux personnes ayant fait la découverte.

Le frelon est maintenant entre les mains du musée Beaty de l’histoire naturelle et de la biodiversité pour identifier l’espèce précise à laquelle l’insecte appartient.

Le Conseil des espèces envahissantes de Colombie-Britannique insiste sur l’importance de rapporter la découverte d’espèces qui ne semblent pas venir d’ici pour permettre la mise en place rapide de mesures pour s’en débarrasser avant qu’elles deviennent un sérieux problème.

Gros plan du scorpion de couleur brunâtre.Ce scorpion a été trouvé dans une maison de Vancouver en mai 2019. Photo : Adrian Walton

D’ailleurs, le conseil rappelle qu’une application mobile existe pour faciliter les signalements. Une ligne téléphonique est également à la disposition des Britanno-Colombiens.

Au pays, l’Agence canadienne d’inspection des aliments est celle qui gère la prévention et la propagation des espèces envahissantes.

Lorsqu’une espèce est identifiée, l’agence procède à une évaluation des risques pour déterminer si celle-ci peut survivre au Canada et si des mesures doivent être mises en place.

Des moules zébrées à différents stades de son développement.La moule zébrée est une espèce envahissante retrouvée dans plusieurs cours d'eau des Prairies dont la Colombie-Britannique tente d'empêcher l'arrivée sur son territoire. Photo : Radio-Canada

L’Agence canadienne d’inspection des aliments conseille à ceux qui trouveraient un insecte, un animal ou une plante qui ne semble pas à sa place de prendre des photos et de capturer l’espèce si c’est possible.

Elle suggère également de la conserver au congélateur en attendant le suivi.

La côte sud plus à risque

Selon le Conseil des espèces envahissantes de Colombie-Britannique, la côte sud est la région la plus à risque en raison de ses ports achalandés, sa population croissante et son climat tempéré.

La région a d’ailleurs vu bon nombre d’espèces exotiques ces dernières années. Des scorpions, des poissons à tête de serpent, des canards mandarins, des tortues à oreilles rouges et la renouée du Japon ne sont que quelques exemples.

Parfois, ces espèces réussissent à s’installer et proliférer.

Accessoire de l'Agence canadienne d'inspection des aliments montrant un scarabée japonais en conserve et un numéro à appeler si vous en trouvez un.Vancouver tente de limiter la prolifération du scarabée japonais surson territoire. Photo : Radio-Canada

C’est le cas, par exemple, du scarabée japonais. La Ville de Vancouver essaie présentement de s’en débarrasser ou à tout le moins contenir la prolifération de l’espèce qui s’attaque à de nombreuses plantes indigènes.

Avec des informations de Chad Pawson

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux