•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Xavier Dolan avait peur d’être « comme un cheveu sur la soupe » à Cannes

Xavier Dolan prend la pose pour les photographes lors d'un événement à Cannes.

Xavier Dolan lors d'un événement à Cannes, le 15 mai 2019

Photo : The Associated Press / Joel C Ryan

Radio-Canada

Xavier Dolan craignait de ne pas être à la hauteur de la compétition qui s'annonce très relevée cette année à Cannes pour la Palme d'or, son film voisinant ceux de figures mythiques du cinéma comme Tarantino, Almodovar ou Jarmusch.

Matthias et Maxime fait partie des 18 longs métrages qui se disputeront la plus prestigieuse récompense du monde du cinéma. Lorsqu’il l’a appris le mois dernier, le réalisateur québécois avait peine à y croire, a-t-il raconté en entrevue avec René Homier-Roy à l’émission Culture Club, samedi.

J’ai écrit à Thierry [Frémaux, délégué général du Festival de Cannes] pour le lui dire le jour de l’annonce. J’ai dit : "Quelle impressionnante cuvée, bravo! Je ne sais pas ce que mon film vient faire là-dedans; j’espère que je ne serai pas comme un cheveu sur la soupe". Thierry Frémaux a répondu en lui assurant qu’il avait sa place dans la sélection officielle.

Dolan dit être certain que le film, son huitième, « va trouver sa place dans le cœur des festivaliers », mais explique néanmoins qu’il a connu des années plus modestes en matière de compétition, avec « moins de gros noms ».

Le réalisateur, qui vient d’avoir 30 ans – et qui célèbre également le dixième anniversaire de la présentation de son premier film, J’ai tué ma mère, sur la Croisette –, n’est jamais reparti les mains vides du Festival de Cannes.

Bien qu’il dise détester penser à cela, il ressent une pression sur ses épaules qu’il préférerait ne pas avoir à soutenir.

« J’ai peur que ce soit devenu un passage obligé pour certaines personnes qui nous regardent et qui ne pardonneront pas à notre film s’il ne se démarque pas, ou qui s’imaginent que s’il ne gagne rien, c’est qu’il est décevant, alors que, finalement, chaque année, il y a 16 cinéastes qui repartent les mains vides. »

Un « trip » d’amis à Cannes

Xavier Dolan dit d’abord et avant tout être heureux d’être à Cannes en compagnie des amis avec qui il a tourné Matthias et Maxime, pour voir ceux-ci découvrir l’excitation du festival.

« J’imagine qu’ils seront naïfs et surexcités, comme nous, quand nous étions débarqués sur la Croisette à l’époque de J’ai tué ma mère. [...] Dix ans plus tard, de façon presque égoïste, j’ai envie de me réserver le plaisir de seulement observer mes amis. »

Matthias et Maxime raconte l’histoire de deux meilleurs amis d’enfance qui, après l’échange d’un baiser lors du tournage d’un film amateur, deviennent amants. Gabriel D’Almeida Freitas, Pier-Luc Funk, Catherine Brunet et Adib Alkhalidey font notamment partie de la distribution.

Un groupe de jeunes gens assis, un jeune homme debout, dans une maison.

Image tirée du film Matthias et Maxime, de Xavier Dolan

Photo : Sons of Manuel

Il s’agit d’un film « charnière » pour Xavier Dolan, autant pour son style – plus doux et moins exubérant que celui de ses œuvres précédentes – que pour ce qu’il représente dans sa carrière.

« Il est charnière parce qu’il arrive après deux films plus compliqués, plus difficiles pour moi », précise-t-il.

Le cinéaste n’en peut plus d’attendre mercredi, date de la présentation officielle du film. « C’est sûr que la montée des marches [du Palais des Festivals], c’est un moment assez magique que j’ai hâte de partager avec [mes amis]. »

Cinéma

Arts