•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le contenu de l’église de Waterville vendu à l’encan

Radio-Canada

Banc, statues, chaises, tables... presque tout le contenu de l'église de l'Assomption-de-la Bienheureuse-Vierge-Marie de Waterville a été vendu dans un encan dimanche après-midi.

Tout est mis aux enchères. On a exclu tout ce qui est objet du culte et certains éléments qui pourraient être utilisés par d’autres paroisses ont été expédiés à l’archevêché, mais le reste à l’intérieur de l’église va être vendu, a clarifié le coordonnateur de l’équipe d'animation communautaire de Waterville, Rémi Petit.

Tout ce que peut contenir une église de 100 ans sera vendu. Autant la vaisselle utilisée auparavant pour les soupers paroissiaux, les contenus des différents locaux de remise… il s’en accumule des choses dans une église pendant 100 ans!

Rémi Petit, coordonnateur de l’équipe d'animation communautaire de Waterville
des dizaines de personnes sont assis sur les bancs dans l'église Des dizaines de curieux ont participé à l’encan. Photo : Radio-Canada / Jean Arel

Pour le collectionneur Jean-Pierre Vachon de Sherbrooke, l’église renferme de petits trésors. Ça a beaucoup de signification pour moi. Je baigne dans l’antiquité depuis que je suis tout petit, chez nous c’est juste meublé avec des meubles de la renaissance, j’ai beaucoup de meubles!, a-t-il lancé à la blague.

Pour d’autres, les objets ont une valeur sentimentale. Normand Fréchette a fait le chemin de Burlington aux États-Unis pour rapporter un damier chez lui.

J’ai joué dessus pendant quatre, cinq ans, se remémore-t-il. Je veux avoir une partie de l’église parce que toute ma famille a été baptisée ici, j’ai été enfant de chœur pendant 11 ans, il y a beaucoup d’histoire ici.

Ma mère est décédée en novembre 2017 et c’était une ancienne religieuse. Il y a des articles qui me plaisent beaucoup, je vais essayer d’en faire l’acquisition en sa mémoire.

Suzanne Rousseau, participante à l’encan

Une page d’histoire se tourne

L'église centenaire n'est plus utilisée depuis deux ans en raison d'une chute de la fréquentation et la baisse du nombre de bénévoles.

C’est un deuil pour la communauté, chacun le porte à sa vitesse. C’est sûr que ça fait un pincement au cœur, a révélé Rémi Petit.

Deux dames tiennent des vase dans leurs mains. Tout ce qui a été amassé depuis la construction de l'église du village de Waterville a été vendu à l'encan dimanche après-midi. Photo : Radio-Canada / Jean Arel

L’édifice construit en 1919 sera vendu au prix symbolique d’un dollar pour des projets à vocation communautaire.

Si quelqu’un a un projet privé, le bâtiment pourrait être cédé pour une certaine somme, ce sera notre prochaine étape : établir des balises dans ce sens-là, a spécifié Rémi Petit.

La mairesse de Waterville affirme avoir étudié la possibilité d'acquérir le bâtiment pour offrir le lieu à des organismes communautaires en manque d'espace.

On sait qu’il y a des organismes comme la bibliothèque, le centre communautaire ou la société d’histoire qui seraient intéressés, on pourrait faire un beau projet multifonctionnel, a indiqué Nathalie Dupuis.

C’est un bâtiment qui n’est pas en péril et qui n’est pas mal en point, a ajouté Rémi Petit. Il pourrait être encore utilisé pour 100 ans!

Estrie

Croyances et religions