•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rôle des pompiers à l’ère des changements climatiques

Des citoyens sont évacués par des pompiers dans un bateau.
Des citoyens sont évacués par des pompiers dans un bateau, à Sainte-Marie, le 20 avril 2019. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Radio-Canada

Le métier de pompier a été chamboulé au Québec lors des dernières années. Les inondations, les tornades et les autres phénomènes liés aux changements climatiques forcent les sapeurs-pompiers à revoir leurs méthodes. Près de 425 chefs pompiers sont réunis ce week-end à La Malbaie pour en discuter.

« Les inondations sont sur toutes les lèvres », affirme d’emblée Jean Bartolo, coprésident de l’Association des chefs en sécurité incendie du Québec. « Ça a mobilisé beaucoup de ressources récemment. »

Nouvelles réalités obligent, les méthodes de coordination des ressources lors d’une catastrophe naturelle ont été revues dernièrement, poursuit M. Bartolo.

« On a fait l’acquisition d’un nouveau logiciel [qui fait] qu’on s’assure que, dans une région touchée, on ne mobilise pas trop de ressources aux alentours et qu’on va chercher des ressources un peu plus loin », explique-t-il.

Côté formations, les pompiers du Québec changent aussi leurs méthodes. Ils tentent de mieux s’outiller en se basant sur leurs récentes expériences.

Le directeur du Service de sécurité incendie de Gatineau, Denis Doucet, affirme que les inondations vécues en 2017 ont grandement influencé les interventions lors de la crue printanière cette année.

Denis DoucetDenis Doucet est le directeur du Service de sécurité incendie de Gatineau. Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

« En 2012, on parlait de prendre ce virage-là, et là, depuis deux ans, on le vit […] On prend [les expériences passées] en compte dans la gestion des risques parce qu’on le sait que ça arrive de plus en plus », souligne-t-il.

Relation avec les citoyens

Dans ce contexte, les pompiers établissent davantage de rapports de proximité avec les citoyens lors des interventions.

« Le fait qu’on soit préparés, ça réconforte beaucoup notre relation avec les citoyens », affirme M. Doucet.

« Nos pompiers sont sensibilisés que si un citoyen est en situation de détresse psychologique, on est en contact avec des professionnels de la santé pour les référer. »

Le 51e congrès de l'Association des chefs en sécurité incendie du Québec se poursuit jusqu’à mardi à La Malbaie.

Québec

Prévention et sécurité