•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Train léger à Ottawa : des personnes non voyantes veulent être bien préparées

Lorne Neufeldt et son chien guide devant la station Lyon de l'O-Train.
Lorne Neufeldt souhaite que la Ville d'Ottawa accorde assez de temps aux experts en accessibilité pour réduire les risques. Photo: Radio-Canada / Matthew Kupfer/CBC
Radio-Canada

Des militants pour les droits des personnes aux prises avec une déficience visuelle souhaitent que la Ville d'Ottawa leur donne assez de temps pour se préparer à voyager à bord des trains de la ligne de la Confédération de l'O-Train en toute sécurité.

Lorne Neufeldt, qui utilise les services d’OC Transpo avec son chien guide Herbie, s’inquiète du fait que la Ville n’ait toujours pas annoncé une date précise où des professionnels de l’accessibilité pourront se familiariser avec les stations et les trains de la future ligne.

Nous ne savons pas ce dans quoi nous nous embarquons. Ils ne nous donnent pas assez de temps. Ils parlent de nous ouvrir les portes seulement pendant une ou deux journées avant l’ouverture au grand public, a-t-il dit.

M. Neufeldt, qui travaille auprès du Conseil canadien des aveugles, a affirmé que les entraîneurs de chiens guides et autres professionnels du milieu doivent avoir du temps pour se déplacer à Ottawa afin d’évaluer la situation.

Ils vont nous montrer où nous devons nous tenir, dans quel wagon nous devons monter, les meilleurs axes de déplacement et comment bien entraîner nos chiens, a-t-il expliqué.

« Accès préalable requis »

Le directeur pour la branche de l'Est ontarien de l’Institut national canadien pour les aveugles, Duane Morgan, a affirmé que son organisme demande toujours à la Ville d’avoir un accès préalable.

Cela permettrait à des spécialistes de l’orientation et de la mobilité d’évaluer s’il y a des problèmes dans les stations de la ligne de la Confédération de l’O-Train. De cette façon, nous allons pouvoir donner de la rétroaction sur certains changements qui pourraient être faits.

Duane Morgan.Duane Morgan, directeur de l’Institut national canadien pour les aveugles pour l'Est ontarien. Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer/CBC

Bien que l’ouverture de la ligne de la Confédération eut été confrontée à plusieurs retards, M. Morgan souhaite que la Ville d’Ottawa prenne le temps de régler les problèmes potentiellement soulevés pendant les essais.

L’Institut a milité pour la mise en place de messages sonores, de texte de grande police et de planchers texturés pour mieux répondre aux besoins d’accessibilité. M. Morgan ne sait toutefois pas dans quelle mesure la Ville a mis en place ces recommandations.

Dates à déterminer

Dans une déclaration écrite, OC Transpo indique que des séances de familiarisation sont prévues pour les clients qui présentent des besoins particuliers, notamment les personnes aux prises avec une déficience visuelle.

Un trottoir avec une surface texturée. Des militants pour les droits des personnes aux prises avec une déficience visuelle affirment que des surfaces texturées peuvent aider la navigation. Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer/CBC

Les dates de ces séances seront précisées une fois que le constructeur, le groupe de transport Rideau, confirmera la date de la prise de possession de la ligne de la Confédération par la Ville.

OC Transpo a d’ailleurs précisé que la ligne de la Confédération a été conçue pour respecter toute la réglementation d’accessibilité en vigueur en Ontario.

Avec les informations de Matthew Kupfer, de CBC

Ottawa-Gatineau

Transports