•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours pas de nouveau guide de la citoyenneté canadienne, malgré la promesse libérale

Une juge se tient à côté d'un agent de la Gendarmerie royale du Canada et serre la main d'un homme, elle sourie.
Les candidats à la citoyenneté canadienne doivent réussir un examen pour lequel ils se préparent en étudiant un guide, qui n'a pas été mis à jour depuis 2012. Photo: Radio-Canada / Floriane Bonneville
Radio-Canada

La refonte du guide de la citoyenneté du Canada, promise par les libéraux, est toujours en cours, même s'il ne reste que quelques mois au mandat du gouvernement de Justin Trudeau.

Les nouveaux arrivants au pays doivent donc se contenter du guide actuel, qui contient des lacunes historiques et des informations obsolètes, afin de se préparer au test de citoyenneté.

Le gouvernement est en train de réorganiser le document Découvrir le Canada, qui fait 68 pages et qui a été mis à jour pour la dernière fois en 2012, pour mieux refléter la diversité et inclure davantage de « contenu significatif » sur l'histoire et les droits des peuples autochtones ainsi que sur l'expérience des pensionnats.

À seulement cinq mois des élections fédérales, un porte-parole du ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, a dit qu'aucune date de lancement n'était prévue et qu'il ne pouvait expliquer le retard.

« Nous nous sommes engagés à rédiger correctement le guide de la citoyenneté, ce qui implique de consulter le plus grand nombre possible de parties prenantes sur les modifications proposées. Ce travail est en cours », a déclaré Mathieu Genest.

Nous écoutons des experts, des parties prenantes et des représentants de la communauté, car ce que nous voulons, c'est éliminer les considérations politiques du guide.

Mathieu Genest, porte-parole du ministère de l’Immigration

Il est « incompréhensible » que le guide prenne tant de temps à être produit, croit toutefois Janet Dench, directrice générale du Conseil canadien pour les réfugiés.

« Notre préoccupation première, c’est que les nouveaux arrivants reçoivent une image juste et équilibrée du Canada, qui tienne compte de ses problèmes actuels et de la façon dont cela affecte les peuples autochtones et les personnes racialisées. C’est rendre un mauvais service au pays dans son ensemble ainsi qu’aux nouveaux arrivants » que d’avoir un guide qui n’est pas à jour, a-t-elle affirmé.

La Commission de vérité et réconciliation (CVR) avait recommandé de réviser le matériel d'information destiné aux nouveaux arrivants et le test de citoyenneté afin de présenter « une histoire plus inclusive des divers peuples autochtones du Canada, y compris des informations sur les traités et l'histoire des pensionnats ».

Lacunes historiques, informations obsolètes

Jusqu'à ce que le nouveau guide soit publié, les nouveaux arrivants devront utiliser le guide actuel pour se préparer au test de citoyenneté. Celui-ci contient peu d'informations sur l'héritage des pensionnats autochtones et est obsolète en ce qui concerne par exemple les chiffres de la population et les paroles de l'hymne national, modifiées par le Parlement pour les rendre moins genrées.

Selon Jenny Kwan, porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière d'immigration, il est inacceptable que le guide contienne toujours des informations incorrectes et obsolètes.

Vous voulez que nos nouveaux arrivants connaissent le libellé de notre hymne national. C'est embarrassant d'avoir dans notre guide de la citoyenneté ce genre de désinformation.

Jenny Kwan, Nouveau Parti démocratique

Mme Kwan s’est dite perplexe devant ce retard, sachant que les députés ont été consultés à ce sujet il y a deux ans et qu'un avant-projet avait été divulgué l'année dernière à La Presse canadienne.

« Je pense qu'avec le guide de la citoyenneté, nous pouvons saisir l’occasion de veiller à ce que les nouveaux Canadiens comprennent notre histoire, bonne et mauvaise, et qu’ils apprécient pleinement l'histoire du Canada, dont la question des peuples autochtones », a-t-elle déclaré.

Un guide devait sortir en 2017

Un brouillon du guide révisé obtenu par La Presse canadienne montrait qu'une référence à la pratique illégale de la mutilation génitale féminine avait été abandonnée. La PC rapportait également que les libéraux espéraient lancer le nouveau guide pour le 150e anniversaire du Canada, en 2017.

L'automne dernier, CBC News a annoncé que la mise à jour du guide de la citoyenneté comprendrait plutôt un avertissement aux nouveaux arrivants au sujet de la mutilation génitale féminine.

La question était devenue chaude sur le plan politique lorsque la critique conservatrice en immigration Michelle Rempel avait commencé à faire pression sur le ministre Hussen à ce sujet. Elle a également parrainé une pétition électronique à la Chambre des communes.

Inclination politique

Le gouvernement a probablement pensé que l'exercice de mise à jour serait plus facile que cela ne l’a été dans les faits, estime pour sa part l'avocat spécialisé en immigration Zool Suleman, de Vancouver.

Le guide de la citoyenneté reflète les priorités et les valeurs du gouvernement qui le rédige et il permet de définir la manière dont les gens perçoivent le pays, explique-t-il.

Le précédent gouvernement conservateur avait mis l'accent sur l'histoire et les droits militaires ainsi que sur les responsabilités de la citoyenneté, alors que le gouvernement libéral semble plus enclin à expliquer la réconciliation entre les peuples autochtones et le multiculturalisme, pense M. Suleman.

Étant donné que des élections sont à venir, la question de savoir s'il vaut la peine de publier un nouveau guide a probablement été calculée, parce que ça rendra inévitablement certaines personnes heureuses et d'autres malheureuses.

Zool Suleman, avocat

Dory Jade, président-directeur général de l'Association canadienne des conseillers professionnels en immigration, croit pour sa part qu’il est préférable de prendre le temps de bien faire les choses plutôt que de les précipiter pour des raisons politiques.

« Je pense personnellement que la machine bureaucratique nécessite plus de temps pour faire un tel travail et le gouvernement n'a pas prévu cela dans sa promesse », a-t-il déclaré, soulignant que le gouvernement conservateur avait également tardé à terminer sa mise à jour.

Le gouvernement s'est aussi engagé à mettre à jour les documents destinés aux nouveaux arrivants et à modifier le serment de citoyenneté afin de souligner le respect des droits des peuples autochtones. Ce changement au serment de citoyenneté a été recommandé par la Commission de vérité et réconciliation et inclus dans la lettre de mandat de M. Hussen du 1er février 2017.

Ces initiatives sont toujours en cours de réalisation, selon le bureau du ministre.

Avec les informations de CBC

Politique fédérale

Politique