•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le brochet maillé envahit un parc national en Nouvelle-Écosse

Chris McCarthy tient un brochet maillé mort.

Le brochet maillé (ci-dessus) est une espèce envahissante qui, introduite illégalement en Nouvelle-Écosse, décime beaucoup d'autres espèces de poissons et d'amphibiens.

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

Radio-Canada

En Nouvelle-Écosse, un poisson envahissant inquiète les responsables du parc national Kejimkujik. Le brochet maillé, qui n'est arrivé par ici que l'année dernière, donne déjà du fil à retordre aux biologistes de Parcs Canada.

Il s’est tellement répandu rapidement que les responsables ont de la difficulté à contenir la prolifération de cette espèce dans les deux lacs du parc Kejimkujik.

Jeffrey Lansing, responsable des communications et des relations publiques chez Parcs Canada, estime que la situation est inquiétante.

C’est comme un mauvais rêve et ça fait juste empirer.

Jeffrey Lansing, responsable des communications et des relations publiques Parcs Canada

Si rien n’est fait pour ralentir la prolifération [du brochet maillé], beaucoup d’espèces pourraient disparaître, partage-t-il en entrevue.

Des agents prennent des échantillons de l'eau d'un parc.

Des agents de Parcs Canada étudient la prolifération du brochet maillé dans un parc national de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada

L’équipe en charge de la situation a tout d’abord installé des boîtes le long des lacs touchés, pour surveiller la progression du poisson envahissant.

Ces boîtes contiennent un appareil capable de capter le son que font les grenouilles.

Pourquoi les grenouilles?

Parce que ces amphibiens sont souvent les premières victimes de l’arrivée du brochet maillé. Ce poisson envahissant peut même s’en prendre aux canetons et aux tortues mouchetées, des espèces déjà en danger.

Jeffrey Lansing raconte que le poisson en question est reconnu pour manger tout ce qu’il peut rentrer dans sa bouche.

Peut-être que dans quelques années, on va voir moins de grenouilles et qu'on ne va plus les entendre. On va voir moins de libellules aussi, par exemple, explique M. Lansing.

Un homme tient une boîte capable de capter le son des grenouilles.

Ces boîtes contiennent un appareil capable de capter le son que font les grenouilles, qui sont souvent les premières proies du brochet maillé.

Photo : Radio-Canada

Parcs Canada espère que ses efforts pour contenir la propagation du poisson envahissant auront des résultats positifs.

Les responsables désirent créer un écosystème équilibré où les brochets maillés et les espèces indigènes comme la truite mouchetée pourront coexister.

Par ailleurs, ils ont ciblé des endroits où le brochet maillé pourrait y être déplacé sans qu'il affecte les autres espères qui y vivent déjà.

Avec les informations d'Olivier Lefebvre.

Nouvelle-Écosse

Nature et animaux