•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles amitiés, divertissement : regard sur les 26e Jeux franco-ontariens

Des élèves debout

Les 26e Jeux franco-ontariens offrent une série d'activités dont des ateliers d'improvisation.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Bienvenu Senga

Plus de 550 élèves de partout en province prennent part aux 26e Jeux franco-ontariens dans le secteur Hanmer du Grand Sudbury. Qu'il s'agisse de leur première participation à l'événement annuel ou d'un retour, plusieurs d'entre eux soulignent l'importance de pouvoir s'y divertir en français.

Élève en 11e année à l’École secondaire publique Omer-Deslauriers d’Ottawa, Catherine Gauthier était bénévole aux Jeux franco-ontariens (JFO) de l’an dernier qui se sont sont déroulés à l’établissement qu’elle fréquente.

L’expérience l’a motivée à vouloir faire le voyage, avec ses camarades de classe, vers le secteur Hanmer du Grand Sudbury cette année pour les 26e JFO.

J’ai vu tout ce qui se passait [...], tu crées de nouveaux amis, tu apprends tellement de nouvelles choses que tu peux appliquer plus tard,affirme la vlogueuse qui a d’emblée choisi de s’inscrire au volet médias.

Kendall Fountain, élève à l’École secondaire catholique Thériault de Timmins, participe également pour la première fois aux JFO. Elle prend part aux ateliers d’arts visuels offerts entre autres par la muraliste franco-ontarienne Mique Michelle.

J’aime beaucoup l’art visuel et d’être avec Mique Michelle, c’est vraiment quelque chose de cool, affirme-t-elle.

Mais pour la jeune fille issue d’une famille exogame, les Jeux franco-ontariens représentent aussi une rare occasion de faire des loisirs en français.

J’aime beaucoup ça, parler en français, mais mon père est anglophone, donc j’ai de la misère à parler en français à la maison. Être dans un environnement qui est complètement en français puis je sais que tout le monde ici parle français, c’est vraiment cool.

Kendall Fountain, élève à l’École secondaire catholique Thériault de Timmins

Après une première participation l’an dernier, Danielle Westman de l’École secondaire catholique Monseigneur-Bruyère de London a choisi de reprendre l’expérience. Elle estime que l’événement permet aux jeunes élèves comme elle de montrer [leur] fierté francophone.

Mais aussi, on est mis en équipe, puis je rencontre des personnes de chaque coin de l’Ontario et je suis capable de faire des amis qui ont les mêmes passions que moi, fait-elle savoir.

Un gros signe indiquant les 26e jeux franco-ontariens

Les 26e Jeux franco-ontariens se déroulent à l'École secondaire Hanmer dans le Grand Sudbury.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Des jeux toujours pertinents, selon l'organisation

En comparaison aux plus de 600 participants de l’an dernier, le nombre d’inscriptions aux Jeux franco-ontariens a légèrement baissé cette année. La Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) indique avoir déjà remarqué des variations dans le nombre de participants auparavant qu’elle n’arrive pas à attribuer à un facteur précis.

une fille qui sourit

Camille Sigouin est gestionnaire des communications à la FESFO.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

La gestionnaire des communications de l’organisme, Camille Sigouin, soutient toutefois que les JFO gardent toute leur pertinence, plus d’un quart de siècle après leur création.

Ce ne sont pas tous les milieux qui ont la chance de se rencontrer en français en Ontario ni en grands groupes. Je pense aux jeunes de Dubreuilville par exemple, ils sont dans une petite école, mais là, pour une fin de semaine, ils sont avec plein de monde [...] C’est important pour eux de vivre leur francophonie, puis vivre un rassemblement, conclut-elle.

Les 26e Jeux franco-ontariens prennent fin lundi.

Nord de l'Ontario

Francophonie