•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un terrain de baseball sème la discorde entre Tracadie et le diocèse de Bathurst

On voit des affiches d'interdiction de passage sur un terrain de baseball public.

Le terrain de baseball a été fermé au public sans préavis (photo prise de Facebook).

Photo : Denis Losier

Jessica Savoie

Des citoyens de Tracadie, dans la Péninsule acadienne, ont eu la mauvaise surprise, vendredi soir, de ne pas pouvoir accéder au terrain de baseball qu'ils utilisent depuis des années. Celui-ci a été fermé sans préavis.

Le maire de Tracadie, Denis Losier, explique qu'il a passé beaucoup de temps au téléphone, samedi, puisqu'il a reçu de nombreux appels de gens qui souhaitaient dénoncer la fermeture du terrain de baseball et de planche à roulettes de Tracadie.

Disons que le maire a eu beaucoup de coups de téléphone et beaucoup de réponses à donner , raconte-t-il.

Ces deux terrains sportifs n’appartiennent pas à la ville, explique-t-il, mais sont plutôt la propriété du diocèse de Bathurst.

La Ville et le diocèse s’étaient toutefois entendues pour permettre aux résidents de Tracadie de les utiliser si la municipalité payait en retour pour le déneigement des églises de Tracadie et de Sheila.

Denis Losier affirme que les frais de déneigement des deux églises ont coûté plus de 20 000 $ par année à la ville.

Je tiens à préciser que la municipalité a payé les frais de déneigement cet hiver, pour remplir son engagement en attendant de régler notre différend sur le terrain , écrit le maire sur sa page Facebook.

Une décision désastreuse qui pénalise les jeunes de notre région

Denis Losier, maire de Tracadie

Une situation qui affecte les citoyens

Le maire, qui indique que Tracadie et le diocèse de Bathurst ont présentement une relation tendue, n’a pas discuté avec le diocèse et est incapable de fournir des réponses à ceux qui cherchent à comprendre.

Denis Losier raconte que lorsqu’il est entré en poste, il s’est donné pour mission de réviser les ententes que la municipalité a conclues avec différents organismes. C'est de cette façon qu'il s'est rendu compte, dit-il, que l'entente entre la Ville et le diocèse n'a jamais été signée.

Je suis tombé sur cette entente qui datait de 2014 ou 2016 et qui n’était pas signée. On mentionnait dans l’entente entre la municipalité et le diocèse de Bathurst qu’on allait faire l’entretien des deux églises et de quelques cimetières. L’entente était évaluée à 400 000 $ sur 20 ans , explique le maire.

Denis Losier

Denis Losier, maire de Tracadie

Photo : Radio-Canada

Il raconte que la municipalité a alors embauché une firme d’experts pour faire l’évaluation du terrain du diocèse et ils sont arrivés au montant de 132 000 $.

Ça m’a donné plein de points d’interrogation et je me suis alors demandé combien ce terrain-là valait , raconte-t-il.

Les autorités municipales se sont ensuite rencontrées pour déterminer les options qui s’offraient à eux et ont décidé de proposer l’achat de terrain sur une période de 10 ans. Selon eux, ce serait la meilleure façon de diminuer certaines dépenses de la Ville à long terme.

L’avocat de Tracadie a partagé l’offre à l’avocat du diocèse de Bathurst la semaine dernière. Aucune décision n’avait été rendue lorsque le diocèse de Bathurst a installé les cadenas sur les terrains récréatifs.

On a constaté avec l’ajout des cadenas que le diocèse a pris une décision , ajoute Denis Losier.

Radio-Canada a essayé de joindre un représentant du diocèse de Bathurst, mais personne n’a répondu à nos messages.

Politique municipale

Politique