•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une patiente de l’Hôpital de Hull laissée seule avec des informations confidentielles

Une dame en entrevue à l'extérieur.
Sylvia Andrighetti est patiente à l'Hôpital de Hull. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Lors de son rendez-vous à l'Hôpital de Hull, en avril, Sylvia Andrighetti est restée seule à plusieurs reprises dans une salle d'examen. Sous ses yeux, sans avoir à se déplacer pour la consulter, se trouvait une feuille contenant des informations confidentielles d'autres patients.

Un texte de Pascale Langlois

J'étais là [dans la salle d’examen] dix minutes à ne rien faire, j'attendais. Et puis j'ai regardé, ce n'était même pas à trois pieds de moi, il y avait l'ordinateur, l'écran et il y avait une liste de patients de la journée, a rapporté Mme Andrighetti.

Une feuille de papier sur laquelle on peut voir l'heure du rendez-vous, le numéro de dossier, le nom complet du patient, son âge, son numéro de téléphone et son numéro d'assurance-maladie. Beaucoup d'information a été floutée par Radio-Canada.Une liste laissée plus d'une dizaine de minutes sans surveillance à l'Hôpital de Hull. Photo : Sylvia Andrighetti

La liste comportait les noms d’une dizaine de patients avec leur âge, numéro de téléphone et numéro d'assurance maladie. Sylvia Andrighetti raconte qu’au cours de son rendez-vous, elle est restée seule avec cette liste à trois ou quatre reprises. Elle ajoute que l'ordinateur était ouvert.

J'aurais pu à n'importe quelle occasion aller chercher de l'information personnelle. L'ordinateur n’était pas barré, le clavier n’était pas barré.

Sylvia Andrighetti

Ce genre d’incident serait assez commun dans le système de santé, selon l’avocat spécialisé en droit de la santé, Me Jean-Pierre Ménard. On ne fait pas attention, on ne se préoccupe pas de ça, on ne regarde pas avant qui va avoir accès à [ces documents]. Malheureusement ça arrive régulièrement, a précisé le juriste.

Selon lui, tout doit être fait pour protéger la confidentialité des documents, notamment pour éviter les vols d'identité.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais n'a pas voulu accorder d'entrevue, mais a tenu à préciser que tous les médecins utilisent des listes du même genre. Celles-ci peuvent être sur un bureau quand le médecin s'absente momentanément. L’organisation a ajouté que le patient ne devrait pas s'intéresser à ces informations.

Un homme, qui porte des lunettes rectangulaires et qui est vêtu d'un veston, d'une blouse et d'une cravate, parle en regardant directement la caméra. Il a les cheveux gris et une petite moustache.Me Jean-Pierre Ménard, avocat en droit de la santé, expert en droit des patients Photo : Radio-Canada

Me Ménard a répliqué que la confidentialité n’est pas la responsabilité des usagers du système de santé. Ce n'est pas acceptable. La confidentialité, c'est une obligation de l'établissement. Alors donc on doit prendre les moyens nécessaires pour rencontrer ces obligations-là.

L’avocat a ajouté que les protocoles de protection des informations devraient être mieux appliqués dans les hôpitaux et que les manquements devraient être sanctionnés.

La réaction du CISSS de l’Outaouais le préoccupe. C'est peut-être indicateur d'un problème de sécurité plus grave qu'il faudrait absolument regarder, a-t-il jugé.

Ottawa-Gatineau

Établissement de santé