•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une danseuse de pow-wow se fait voler sa tenue traditionnelle à Winnipeg

Une jeune femme, debout, dans son costume de danse traditionnel coloré, lors d'une compétition de pow-wow.

Jesse Kaiswatum, 18 ans, danse depuis qu'elle est toute petite.

Photo : Gracieuseté Jesse Kaiswatum

Radio-Canada

Une danseuse de pow-wow de la Saskatchewan qui devait participer au festival Manito Ahbee à Winnipeg cette fin de semaine a le coeur brisé : son costume traditionnel de danse lui a été volé quelques jours avant l'événement.

Jesse Kaiswatum raconte que ses habits de cérémonie se trouvaient dans le camion de sa mère lorsqu’ils ont été volés jeudi matin, à Winnipeg. Le reste de ses affaires – des robes, des plumes et des perles, dans une valise – a également disparu.

« J'étais choquée, je ne voulais pas y croire », dit-la jeune danseuse de 18 ans, qui est originaire de la Première Nation Piapot, près de Regina.

« Pour faciliter les déplacements, nous avions envoyé l’ensemble [à Winnipeg] plus tôt cette semaine avec ma mère, qui est en voyage d'affaires là-bas. Son véhicule était devant son hôtel et quelqu'un y est entré par effraction », précise-t-elle.

Jesse Kaiswatum devait porter son costume de cérémonie cette fin de semaine lors d'un pow-wow organisé au festival Manito Ahbee. L’événement, qui célèbre la culture, la musique et les arts autochtones, se tient au Centre des congrès de Winnipeg.

La jeune femme confiait vendredi qu’elle envisageait tout de même de venir à Winnipeg et d’emprunter un costume de cérémonie pour danser au festival. « Un chef régional m’a fait don d’un ensemble, et je suis très honorée. »

Un costume de danse pow-wow vu de dos, porté par une jeune femme, qui tient également une plume au-dessus de sa tête.

L'ensemble traditionnel est une « représentation visuelle de qui je suis spirituellement », explique Jesse Kaiswatum.

Photo : Gracieuseté Sherri Kaiswatum

Mais la tenue qui lui a été volée avait une signification bien particulière pour elle.

« Ma mère et moi avons travaillé sur ces habits, nous avons assemblé le design, les couleurs et il a fallu des années pour les faires. »

C'est une représentation visuelle de qui je suis et d'où je viens, et de qui je suis spirituellement.

Jesse Kaiswatum, danseuse

La mère de la jeune femme lui a fait savoir qu’un rapport de police avait été déposé à Winnipeg. La danseuse implore maintenant la personne qui l’a volée de lui rendre le costume, ajoutant qu’elle ne poserait pas de question et ne porterait pas d’accusation.

Elle demande également à quiconque trouverait la tenue d'appeler la police.

Avec les informations de Nelly Gonzalez, CBC

Manitoba

Autochtones