•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le grand ménage printanier des sœurs de Sainte-Anne

Il y a beaucoup d'objets à caractère religieux qui sont à vendre dans le cadre de la vente publique des Sœurs de Sainte-Anne.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

Radio-Canada

Après avoir passé plus de 110 ans dans leur maison-mère de Lachine, sur l'île de Montréal, les religieuses de Sainte-Anne préparent tranquillement leur déménagement. Au fil des ans, elles ont amassé des centaines d'objets dont elles doivent maintenant se départir. Les sœurs procéderont à une première vente samedi et dimanche et le public est invité à y prendre part.

De grandes pièces de mobilier seront à vendre tout comme de plus petits meubles comme des commodes, tables, chaises et tabourets. On trouvera aussi une foule d'objets du quotidien comme de la vaisselle, des ustensiles, des cadres, tableaux, sculptures et urnes décoratives.

Soeur Madeleine Gaudet éprouve un pincement au cœur à devoir vendre tous ces biens. « On est rendu à vider nos salles. Alors, c'est un grand pas, puis ce n'est pas facile toujours », admet-elle.

Elle raconte que cette collection est le fruit de biens que possédait la maison-mère, mais aussi de ceux provenant d’autres communautés.

Soeur Madeleine Gaudet (droite) en compagnie de soeur Lucille Côté dans la maison mère des Sœurs de Sainte-Anne, à Lachine.

Soeur Madeleine Gaudet (droite) en compagnie de soeur Lucille Côté dans la maison mère des Sœurs de Sainte-Anne, à Lachine.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

« Ce qu'on vend cette fin de semaine c'est plutôt ce qui a été recueilli de toutes les maisons qu'on a fermées. On était un peu partout dans différents diocèses : Vaudreuil, Saint-Jacques… Les maisons fermaient et on apportait les choses. Parfois, on n’avait pas le temps de les classer. On en donnait beaucoup, mais il en restait beaucoup », se souvient-elle.

Le chargé de projet de la vente, Martin Duchesne, explique que les sœurs ne vendront pas tous leurs biens.

« Il y a des choses qui doivent être liquidées et il y a des choses qui doivent être conservées. Alors, c'est le juste milieu entre tout ça. Entre ce que les conservateurs de musée veulent avoir, ce qu'on peut redonner au public, ce que les communautés veulent conserver pour leur propre musée et leurs propres archives », a-t-il dit.

Martin Duchesne mentionne que dans le lot mis en vente cette fin de semaine il y a des antiquités. « Une vielle armoire, un buffet deux quarts qui date de 1950, qui a été donnée à la communauté, c’est du patrimoine, mais c'est plus une antiquité », a-t-il souligné.

Une grosse armoire en bois vitrée et une table de cuisine sont en montre.

De grandes pièces de mobilier sont à vendre tout comme de plus petits meubles.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

Un soulagement

Soeur Madeleine Gaudet voit d’un bon œil que ses objets trouvent un autre propriétaire.

« Cela va être en même temps un soulagement parce qu’on se disait toujours : qu'est-ce qu'on va faire avec tout ça? Il va falloir s'en départir. Bien là c'est le temps », confie-t-elle.

Or, le bâtiment est encore occupé puisque les religieuses y vivent encore.

« On a encore l'aile B et l'aile C que les soeurs habitent où il y a encore des choses. Alors, il y aura une autre vente de garage », a annoncé sœur Gaudet.

Façade de l'immeuble

La maison mère des sœurs de Sainte-Anne, à Lachine, date de 1909.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

Les soeurs vont déménager dans une nouvelle maison qui sera construite à proximité de leur demeure actuelle en 2020.

Le bâtiment qu’elles habitent qui sera cédé à des organismes communautaires. L’immeuble devrait comprendre plus de 300 unités destinées aux aînés, de même que des logements communautaires pour les familles.

La vente publique se déroulera entre 9 h et 16 h au 1950, rue Provost à Lachine.

D’après un reportage d’Anne-Louise Despatie

Grand Montréal

Croyances et religions