•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Témiscamingue : 20 municipalités, 20 réalités financières

Une plante en train de germer au travers de pièces de monnaie.
Les municipalités du Témiscamingue ont des portraits financiers bien différents. Photo: iStock
Tanya Neveu

Chaque ville doit faire face à ses propres défis et ceux-ci se reflètent inévitablement dans les finances publiques des municipalités. D'importantes disparités sont d'ailleurs observables au Témiscamingue : si certaines villes doivent éponger des déficits pouvant aller jusqu'à 13 millions de dollars, d'autres nagent dans les surplus dépassant le million de dollars.

À Témiscaming, la dette accumulée totalise plus de 13 millions de dollars. Le système de réfrigération de l'aréna et l'usine de traitement des eaux, des travaux onéreux selon le maire Yves Ouellet, ont été refaits, ce qui expliquerait une partie de la dette.

24 % du budget en ce moment va pour rembourser les prêts et les frais d'intérêts, évalue M. Ouellet.

D'autres municipalités comme Ville-Marie, Notre-Dame-du-Nord et Lorrainville enregistrent aussi une dette dépassant le million de dollars. Le comptable Daniel Tétrault révise le budget de 38 municipalités en Abitibi-Témiscamingue. Selon lui, les municipalités accusant un déficit sont souvent celles qui ont la responsabilité du réseau d'égout et d'aqueduc.

Il y a d'autres municipalités aussi qui vont vouloir emprunter pour avoir des bâtiments en loisirs et culture. Une dette en soi [ce] n'est pas mauvais. Ça permet de répartir le coût des infrastructures donc, des services que les citoyens reçoivent, explique-t-il.

Un surplus pour les imprévus

La situation est toute autre pour les municipalités de Rémigny, Nédélec, Guérin, Laforce, Belleterre et Fugèreville, où la dette est nulle.

À St-Bruno-de-Guigues, par exemple, la dette sera effacée au 31 décembre 2019. La municipalité de 1145 habitants enregistre plutôt d'un surplus dépassant le million de dollars. Jusqu'à 40 % de ce surplus sera toutefois affecté à divers projets en 2019. Le directeur général de St-Bruno-de-Guigues, Serge Côté, explique que plusieurs sommes sont déjà affectées à différents projets.

Il y a la réfection de la totalité de la rue Mouttet Sud. On refait aussi les infrastructures d'aqueduc sur la rue Monseigneur Moreau Est. Ce sont des sommes importantes qui partent rapidement, affirme le directeur général de St-Bruno-de-Guigues.

Surplus nécessaires

Toutes les municipalités du Témiscamingue ont un surplus, un coussin financier nécessaire selon le comptable Daniel Tétrault.

Les surplus sont déterminés au fil des années par des revenus inattendus. Il y a certaines municipalités qui vont garder des surplus pour faire face à des imprévus. Il y en a d'autres aussi qui ont des projets en attente. Elles ne savent pas encore ce qu'elles veulent faire avec le surplus. Certaines ce sera le compostage ou encore refaire l'aqueduc, dit-il.

Le profil financier des municipalités est disponible sur le site Internet du ministère des Affaires municipales et Habitation.

Abitibi–Témiscamingue

Politique municipale