•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ambulance NB : une mère dénonce l'attente pour le transfert de son bébé

Milaine Valcourt et son fils William ont dû attendre plus d'une heure pour un transfère en ambulance. Photo: Radio-Canada / Kassandra Nadeau
Radio-Canada

Alors que plusieurs pensaient que les retards d'Ambulance NB étaient chose du passé, une mère dénonce le traitement reçu pour les soins de son fils de la part du service d'ambulanciers d'Edmundston.

Milaine Valcourt a vécu ce que redoutent bon nombre de parents : elle a trouvé son bébé d’un an, William, en train de s'étouffer alors qu’il se réveillait d’une sieste. Comme elle savait que la région était reconnue pour un service lent de la part d’Ambulance Nouveau-Brunswick, la jeune mère s’est dirigée elle-même avec son fils à l’hôpital de Saint-Quentin.

Je n’ai même pas eu le réflexe d’appeler l’ambulance, parce que je savais qu’elle n’allait probablement pas être là, avec tout ce qui est arrivé les dernières années, explique la jeune maman.

La mère est arrivée sur place en quelques minutes, juste à temps pour que son fils reçoive plusieurs doses d'épinéphrine. Les médecins lui ont appris que William souffrait d’une importante crise d’allergie et qu’il devait être transféré rapidement à l’hôpital d’Edmundston.

Un bébé. Le petit William a fait une importante crise d'allergie et a dû attendre plus d'une heure pour son transfert en ambulance. Photo : Gracieuseté / Milaine Valcourt

C’est là que la situation s’est gâtée : bien qu'on lui ait demandé d’attendre près de 30 minutes pour le transfert par ambulance, Milaine Valcourt a dû attendre plus d’une heure, son fils dans les bras, avant de voir le véhicule arriver sur les lieux.

Une chance que je reste à deux rues de l’hôpital. J’ai eu le temps de me rendre, mais si j’avais appelé l’ambulance, elle serait arrivée 1 h 30 après à Saint-Quentin. Moi, je trouve que ça n'a pas de bon sens, affirme la mère.

Un manque de personnel qui se fait sentir

Le directeur des communications de Medavie (qui gère le service d’Ambulance NB), Chisholm Pothier, affirme qu’il est vrai que la famille Valcourt a dû attendre plus d’une heure pour son transfert par ambulance.

Il explique dans un courriel que les deux ambulances de la région de Saint-Quentin étaient hors service en raison de postes vacants et de personnel en congé pour des raisons de santé. Tous les employés qui figurent sur leur liste d’appel ont été contactés et aucun d’entre eux n’a voulu se rendre au travail.

M. Pothier indique aussi qu’une seconde ambulance a été ajoutée pour la région, mais qu’il n’y a pas suffisamment d’employés pour la conduire tous les jours. Tous les hôpitaux du coin ont des postes vacants à pourvoir et cette situation interfère avec le service qui est offert aux patients.

Présentement, il y aurait six postes vacants à pourvoir dans cette équipe.

Avec les informations de Kassandra Nadeau

Nouveau-Brunswick

Établissement de santé