•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan n'exclut pas l'utilisation de petits réacteurs nucléaires

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, en mêlée de presse.
Lors de la dernière journée des travaux législatifs de la session du printemps en Saskatchewan, le premier ministre, Scott Moe, a indiqué aux médias qu'il envisageait la possibilité d'utiliser de petits réacteurs nucléaires dans la province. Photo: Radio-Canada / Matthew Howard
Emmanuelle Poisson

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a déclaré jeudi en mêlée de presse que la province étudiait la possibilité d'utiliser de petits réacteurs nucléaires pour produire de l'électricité.

Scott Moe a indiqué que le gouvernement provincial a pris part à des discussions avec les provinces du Nouveau-Brunswick et de l'Ontario afin de déterminer si de petits réacteurs nucléaires pourraient être utilisés en sol saskatchewanais pour produire de l'électricité.

Cela ne veut pas dire que nous l'utiliserons, mais nous voulons discuter de l'approvisionnement d'énergie nucléaire ici, dans la province.

Scott Moe, premier ministre de la Saskatchewan

La Saskatchewan cherche à diversifier ses sources d’énergie et réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40 % par rapport à ce qu’elles étaient en 2005, et ce tout en gardant les infrastructures qu'elle possède déjà, notamment les centrales d'énergie au charbon à Estevan et Coronach.

En 2016, le gouvernement fédéral a annoncé son intention d'éliminer progressivement les centrales électriques alimentées par la combustion du charbon au pays d'ici 2030.

Dans la stratégie saskatchewanaise pour le climat, la société d'État SaskPower a recommandé que la moitié de l’énergie de la province provienne de sources renouvelables d’ici 2030.

Ce n’est pas la première fois que la question de l’énergie nucléaire apparaît dans les discussions en Saskatchewan. La société d’État SaskPower avait auparavant jugé que l’implantation du nucléaire pourrait être problématique pour le réseau de distribution d’électricité de la province. SaskPower estimait que l'utilisation de réacteurs nucléaires de taille plus grande pourrait encombrer le réseau électrique de la société d'État.

Selon le doyen du département de génie et des sciences appliquées à l'Université de Regina, Esam Hussein, les petits réacteurs nucléaires n'encombreraient pas trop le réseau électrique de la province.

Il ajoute que si un réacteur tombe en panne, le réseau pourrait toujours fonctionner.

Des réacteurs plus petits pourraient être construits sur place et le remplacement d’une pièce ne force pas celui du réacteur en entier, affirme le professeur Hussein.

« Ces réacteurs sont conçus pour être intrinsèquement sécuritaires, ce qui signifie que si quelque chose ne va pas, si le réacteur se réchauffe, il se fermera automatiquement », explique-t-il.

Esam Hussein estime que la technologie des petits réacteurs nucléaires ne sera pas encore prête avant cinq à dix ans. Chary Rangacharyulu, professeur de génie physique et de physique à l'Université de la Saskatchewan, soutient également que cette technologie est encore en développement.

Avec les informations d'Adam Hunter, CBC News

Énergie

Économie