•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Basketball : pourquoi jouer à domicile est plus avantageux que dans les autres sports?

Les partisans des Raptors regardent le lancer gagnant de Kawhi Leonard à la dernière seconde contre les 76ers de Philadelphie lors du 7e match dimanche dernier.
Les partisans des Raptors regardent le lancer gagnant de Kawhi Leonard à la dernière seconde contre les 76ers de Philadelphie lors du 7e match dimanche dernier. Photo: La Presse canadienne / Frank Gunn
Matthew Cullen

Les Raptors ont une grande opportunité devant eux ce soir lors du troisième match de la Finale de la Conférence de l'Est. Les Bucks de Milwaukee mènent 2-0, mais à partir de ce soir, la série se déplacera à Toronto pour les deux prochains matchs qui auront lieu dimanche et mardi soir.

Les Raptors auront l’occasion de changer cette série, car jouer à domicile dans la NBA, bien plus que pour d’autres sports, est un grand avantage.

En effet, pendant les deux premières rondes des séries dans toute la NBA cette année, les statistiques montrent que l’équipe qui joue à domicile gagne le match dans 58 % des cas (39 victoires contre 28 défaites).

D'ailleurs, l'avantage du terrain a mené à la victoire de onze des douze premières séries. Enfin, en saison régulière cette année, l’équipe à domicile a remporté les matchs à 59,3 %.

De nombreuses études expliquent l’avantage de jouer à domicile, notamment les athlètes qui gardent la même routine, évitent les voyages et dorment dans leur propre lit. Mais pourquoi autant de succès à domicile spécifiquement dans le basketball? À l’exception du football, les statistiques dans les autres sports ne sont pas aussi élevées.

Le rôle des partisans

Le basketball est l’un des rares sports où il n’y a pas de barrière entre les spectateurs et les joueurs. Selon la consultante en préparation mentale, Heidi Malo, cette intimité unique crée un avantage à cause des partisans juste à côté du terrain.

Des fans des Raptors de Toronto au Jurassic Park.L'enthousiasme des amateurs des Raptors débordent dans les rues de Toronto après une victoire en série. Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Elle note toutefois, que cela peut aussi s'avérer être une distraction : À l’aréna, les partisans sont proches… Si [les athlètes] commencent à se concentrer sur la foule, ça veut dire qu’ils sont moins concentrés et ils vont être moins performants dans le match.

L’entraîneuse-chef des Honey Badgers de Hamilton et des Lancers de l’université de Windsor, Chantal Vallée, est d’accord que la foule de proximité crée une ambiance plus intime, mais selon elle, c'est la connaissance du terrain qui est le véritable atout.

L'entraîneuse et directrice générale des Honey Badgers de Hamilton Chantal ValléeL'entraîneuse et directrice générale des Honey Badgers de Hamilton Chantal Vallée Photo : La Presse canadienne / HO

Le basketball, c’est un sport où on lance beaucoup plus souvent par rapport au hockey ou baseball, explique Mme Vallée. On va peut-être prendre 80 lancers par match. Si on s’est entraînés pendant des années au même panier, ça peut faire la différence, estime-t-elle.

On connaît la profondeur du gymnase. On connaît bien l’anneau. On se sent plus à l’aise à pratiquer [et à jouer] dans cet endroit-là.

Chantal Vallée, entraineuse-chef des Honey Badgers de Hamilton

Dans la saison régulière, les Raptors ont été une excellente équipe devant leurs partisans (32 victoires, 9 défaites), et arrive en troisième position des meilleures équipes à domicile de la ligue, derrière les Bucks de Milwaukee (33 victoires, 8 défaites), et les Nuggets de Denver (34 victoires, 7 défaites).

La formation torontoise espère donc que ses partisans, son sixième joueur, feront la différence contre les Bucks lors du troisième match ce soir, qui se jouera à partir de 19 h, à Toronto.

Toronto

Basketball