•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bois apprécié des promeneurs est en fait un champ de tir de la Marine

Des soldats participent à la contre-attaque du groupe d'assaut, une épreuve de la Compétition de maniement des armes de l'Armée de terre canadienne.
Dans le prolongement du champ de tir (ici à Ottawa), la forêt sert de protection contre les balles perdues. Photo: Forces canadiennes / Cpl Jax Kennedy
Adrien Blanc

Les Forces armées canadiennes dénoncent des intrusions régulières sur leur champ de tir, situé entre le lac Westwood et le mont Benson, deux lieux appréciés des randonneurs et des cyclistes, proches de Nanaimo, en Colombie-Britannique.

La Marine royale canadienne lance un ultimatum aux clubs qui utilisent son champ de tir de Nanaimo comme terrain de loisirs depuis des années : ils doivent retirer les rampes, les tremplins et les obstacles de son terrain, sinon les militaires s’en chargeront.

Le capitaine de corvette John Nethercott dit qu’un accord a été trouvé avec les clubs pour leur donner accès au site le 1er juin. Le champ de tir ne sera pas opérationnel ce jour-là, promet-il, pour qu’ils viennent démonter leurs structures.

Le champ de tir de Nanaimo est utilisé par les Forces jour et nuit, explique l’officier. Or, la Marine constate de plus en plus de dégradations. Des gens découpent les barrières, arrachent les panneaux et se permettent d’utiliser la propriété pour faire du vélo et de la randonnée.

C’est une chance que personne n’ait été blessé alors que nous tirons à balles réelles.

John Nethercott, capitaine de corvette de la Marine royale canadienne

Un promeneur régulier, Chris Istace, dit avoir été surpris d’apprendre que le terrain appartenait à l’armée. Je vois passer des cyclistes, des coureurs et des personnes âgées qui promènent leur chien, dit-il, et j’ai toujours cru que c’était un parc du District ou de la Ville de Nanaimo.

Une photo satellite représente les lacs et les forêts à l'ouest de Nanaimo.Une carte diffusée par les Forces canadiennes montre en gros trait noir les limites de la zone militaire. Photo : Forces canadiennes

En réponse à la mise en garde de la Marine, un habitant de Nanaimo, Tyler Walker, a lancé une pétition qui a récolté plus de 2400 signatures. Il demande que l’accès aux chemins soit maintenu, car ces pistes sont parmi les plus agréables de la forêt et rendent la vie meilleure pour tous les habitants de l’île de Vancouver.

Le capitaine de corvette reste intraitable. Notre position est ferme. Nous ne voulons prendre aucun risque dit-il.

Avec les informations de Michael Tymchuk.

Colombie-Britannique et Yukon

Faits divers