•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Festival des harmonies :  la dernière note de Jean-Marie Messier

Jean-Marie Messier devant des affiches des éditions passées du festival.
Le directeur général du Festival des harmonies et orchestres symphoniques du Québec, Jean-Marie Messier, vit ces jours-ci son dernier festival. Il prendra sa retraite cette année. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Après 23 années à faire vibrer des milliers de jeunes aux rythmes du Festival des harmonies et des orchestres symphoniques du Québec (FHOSQ), le directeur général de l'événement, Jean-Marie Messier, passe le flambeau.

C’est un événement qui demande beaucoup, beaucoup, beaucoup d’énergie et on a des ressources assez restreintes. Je vais laisser ça aux plus jeunes , lance avec le sourire l’homme qui prendra sa retraite à l’automne prochain. Malgré l’ampleur de la tâche, Jean-Marie Messier parle encore avec passion du festival où plus de 7000 jeunes vont annuellement démontrer leurs talents musicaux.

Au fil des ans, il a constaté bien des changements au FHOSQ. Le plus marquant, selon lui, est la réduction du nombre d’heures d’enseignement des arts dans les écoles. Le temps qui était accordé aux quatre arts à l’école a été diminué de 50 % et c’est plus assez de temps pour que des harmonies puissent monter des programmes de musique, déplore le directeur général. D’ailleurs, l’événement attirait plus de jeunes dans ses belles années, en accueillant jusqu’à 10 000 sur le campus de l’Université de Sherbrooke.

Il y a beaucoup d’écoles de musique qui ont disparu et c’est très malheureux pour tout le monde.

Jean-Marie Messier, directeur général du Festival des harmonies et orchestres symphoniques du Québec

La prolifération des concentrations dans les écoles du Québec a selon lui aussi contribué à diminuer le nombre de musiciens. C’est certain qu’il y a 23 ans, il y avait à peu près juste la musique qui était une option supplémentaire à l’enseignement normal , souligne-t-il.

Malgré les changements au système, la quantité de bons musiciens sur la scène québécoise qui l'impressionne : Moi quand j’étais plus jeune il y avait des « bands de garage ». On retrouvait bass, drum, guitare. Aujourd’hui on retrouve des trompettistes, des saxophonistes de grande qualité et qui sont capables de lire [a musique]. 

À ceux qui prendront le relais, Jean-Marie Messier ne souhaite transmettre que le bonheur créé par cet événement.

C’est quelque chose qui va m’habiter pour longtemps c’est certain. C’est magnifique avoir comme métier de vendre du bonheur. Si vous vous promenez ici, tous les gens ont de grands sourires, sont enjoués. C’est la plus belle job que je souhaite à n’importe qui.

Jean-Marie Messier, directeur général du Festival des harmonies et orchestres symphoniques du Québec


Le Festival des harmonies et des orchestres symphoniques du Québec se tient du 16 au 19 mai à l’Université de Sherbrooke.

Estrie

Musique