•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Jeux francophones accueillent des jeunes de 19 à 25 ans

Des jeunes posent dans leur tenue de sport bleue.
Des jeunes de la 26e édition des Jeux francophones en 2018. Photo: Radio-Canada / Sarah Murphy
Mugoli Samba

Les 27es Jeux francophones de la Colombie-Britannique ont débuté vendredi, à Comox, sur l'île de Vancouver. En plus de jeunes du secondaire, ils accueillent depuis 2017 des participants âgés de 19 à 25 ans dans le but de renforcer la communauté francophone de ce groupe d'âge.

Réunis à l'École Au-coeur-de-l'île jusqu'au 20 mai, les jeunes prennent part à des activités familières comme le sport, le plein air et le théâtre d'improvisation, ainsi qu'aux nouveaux volets que sont l’astronomie et la robotique.

La douzaine de jeunes âgés de 19 à 25 ans prennent part aux mêmes activités que ceux qui ont de 14 à 18 ans.

Pour Pascale Marsan-Johnson, assistante de projet au Conseil jeunesse francophone de la Colombie-Britannique (CFJCB), il est important de continuer à organiser des activités qui s'adressent àdes élèves postsecondaires qui veulent continuer à parler en français ensemble.

Pascale Marsan-Johnson sur un trottoir devant les bureaux du Conseil jeunesse francophone de la Colombie-Britannique.Pascale Marsan-Johnson est une Franco-Colombienne qui étudie en kinésiologie à l'Université de la Colombie-Britannique. Photo : Radio-Canada

Âgée de 18 ans, elle est également étudiante de première année en kinésiologie à l’Université de la Colombie-Britannique.

J’ai l’impression que la grande partie de ma vie sociale se passe toujours en anglais. Donc, c’est un peu pourquoi j’adore les événements du conseil jeunesse, parce que c’est des rassemblements de jeunes de mon âge qui parlent en français , dit-elle.

Ça crée un peu cet aspect de vie sociale francophone ici, en Colombie-Britannique, qu’on n'a pas souvent.

L’organisme compte lancer des initiatives axées sur la jeunesse d’âge postsecondaire, explique Adrien De Rodez, coordinateur des événements au CJFCB. Elles seront rendues publiques dans les mois à venir.

C’est pour pouvoir offrir, après le secondaire, une transition toujours en français à ces jeunes qui quittent le système scolaire francophone et qui rentrent dans la vie active, explique-t-il. Ils sont peut-être moins exposés au français, et on veut qu’ils gardent les liens qu’ils ont pu créer.

Mais pour l'instant, aux Jeux francophones, les participants joueront plutôt un rôle de mentor.

Ils peuvent leur servir de modèle. Et ça, ça fait son chemin, petit à petit.

Adrien De Rodez, coordinateur des événements au Conseil jeunesse francophone de la Colombie-Britannique
Claudya Leclerc assise à son bureau.Claudya Leclerc participe aux Jeux francophones depuis sa 9e année. Elle sera la formatrice du volet d'improvisation aux 27es jeux francophones de la Colombie-Britannique. Photo : Radio-Canada

Pour Claudya Leclerc, qui participe aux Jeux depuis sa 9e année et sera formatrice du volet d'improvisation cette année, l'attention portée à ce groupe d'âge contribue à la vitalité de la communauté francophone de la province.

On veut rassembler les gens qui graduent. Parce qu’on trouve que c’est là qu’on les perd, dit-elle.

C’est facile d’aller à l’école secondaire et de leur dire de venir, mais c’est difficile de les retrouver après si on n’a pas construit. C’est un défi qu’on veut relever.

Colombie-Britannique et Yukon

Jeunesse