•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élèves du secondaire manifestent pour le climat dans le Vieux-Québec

Environ 200 personnes ont participé à une manifestation dans le Vieux-Québec, vendredi après-midi.
Environ 200 personnes ont participé à une manifestation dans le Vieux-Québec, vendredi après-midi. Photo: Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc
Pierre-Alexandre Bolduc

Environ 200 personnes ont participé à la dernière manifestation pour le climat organisé par de jeunes élèves du secondaire et du collectif Pour le futur Québec.

Les jeunes des différentes écoles de la région, des étudiants universitaires et des citoyens sont partis de l’Assemblée nationale et ont marché dans les rues du Vieux-Québec pendant un peu plus d’une heure en scandant des slogans demandant au gouvernement provincial d’agir en matière d’environnement.

Depuis huit semaines, les élèves organisaient des « sit-in » ou occupaient la place devant l’Assemblée nationale pour demander au gouvernement « d’adopter des lois plus concrètes en matière d’environnement ».

Depuis huit semaines, des élèves du secondaire occupent la place devant l'Assemblée nationale les vendredis après-midis pour demander au gouvernement d'agir en matière d'environnement. Depuis huit semaines, des élèves du secondaire occupent la place devant l'Assemblée nationale les vendredis après-midis pour demander au gouvernement d'agir en matière d'environnement. Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

« Je crois que le message est clair, lance le porte-parole du collectif Pour le futur Québec, William Boivin. Est-ce que le gouvernement le prend en considération? Je ne le sais pas. Mais ça ne va pas nous arrêter. Nous on sait pourquoi on lutte. On va continuer même si le gouvernement ne nous écoute pas jusqu’à maintenant. »

L'élève de secondaire cinq ajoute que son mouvement a pour but de déclencher une prise de conscience collective pour l’environnement et souhaite convaincre la province d’investir dans les transports collectifs et dans le secteur de l’agroalimentaire comme les fermes biologiques.

« Une cause plus importante »

Les élèves et manifestants avouent que leur mouvement n’a pas plu à certaines directions d’école.

Les directions sont réticentes à l’idée, c’est sûr. Elles ne vont pas encourager ça.

William Boivin, porte-parole du collectif Pour le futur Québec

Félicie Monast sèche les cours les vendredis après-midi depuis huit semaines.

« C’est un moyen de pression, lance-t-elle. Ça nous dit qu’en ce moment, le plus important, c’est de sauver la planète. C'est plus important qu’apprendre une formule de mathématiques. »

Les porte-paroles du collectif Pour un futur Québec, Célestine Uhde et William Boivin.Les porte-paroles du collectif Pour un futur Québec, Célestine Uhde et William Boivin. Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

L’une des organisatrices de la marche, Célestine Uhde s’est réjoui de la présence la députée de Taschereau, Catherine Dorion, et le député de Jean-Lesage, Sol Zanetti. Elle se dit confiante qu’éventuellement, les revendications des élèves seront entendues par le gouvernement.

« C’est sûr que le gouvernement de la CAQ n’est pas encore prêt à nous écouter complètement, mais ça va venir, je suis confiante », lance Célestine Uhde.

Québec

Environnement