•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Développer la confiance en soi des tout-petits grâce aux chevaux

Des enfants et des adultes flattent des chevaux dans une écurie.

Devant les chevaux, les enfants deviennent plus calmes.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

S'attaquer à la persévérance scolaire avant même l'entrée à l'école, c'est la mission que s'est donnée Alpha-Témis. L'organisme offre une série d'ateliers pour les enfants de trois à cinq ans, avec des chevaux.

Regardez-moi, on va respirer avant d'aller voir les chevaux, c'est la consigne de base donnée par Linda Goulet. C'est elle qui dirige les ateliers donnés aux tout-petits.

Devant les chevaux, les enfants deviennent plus calmes. Linda Goulet en sait quelque chose.

Avec le cheval, il faut qu'ils soient calmes. Ils écoutent les consignes et deviennent plus matures, je pourrais dire, affirme Linda Goulet, propriétaire de Passion Chevaline L.G.

La persévérance scolaire avant l'entrée à l'école

Alpha-Témis s'est donné comme objectif d'encourager la persévérance scolaire avant même que les enfants aient franchi la grande porte de l'école.

On se dit : s'ils ont une bonne estime de soi, la confiance en soi et qu'ils prennent plus d'autonomie, ça va les aider pour la persévérance scolaire. On les prend avant justement pour les aider et les préparer, explique Rachelle Samson Descôteaux, formatrice en alphabétisation populaire et familiale.

Des adultes et des enfants visitent une étable où on trouve de petits chevaux.

Alpha Témis offre aux enfants des ateliers avec des chevaux.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Linda Goulet constate la détermination des enfants avec les chevaux.

Par expérience, ce que moi j'ai regardé, c'est que les enfants qui ne sont pas capables ou qui lâchent, moi je vais leur dire "on va essayer, on va voir". Là ils réussissent. C'est ça la persévérance, se réjouit-elle.

Mélissa Viger participe aux ateliers avec ses deux filles et remarque, depuis, une différence dans leur attitude.

Je trouvais important qu'elles apprennent la responsabilité de s'occuper d'un animal. En ayant un enfant autiste, je trouve que les chevaux, ça les apaise, ça les calme, confie-t-elle.

Abitibi–Témiscamingue

Éducation