•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa retarde l’approbation du projet de transmission Manitoba-Minnesota

Des lignes à haute tension.
Le gouvernement fédéral a annoncé qu'il prolongeait le délai d'approbation du projet de transmission Manitoba-Minnesota jusqu'au 14 juin. Photo: La Presse canadienne
Radio-Canada

Le gouvernement fédéral a repoussé l'échéance fixée pour l'approbation du projet de transmission Manitoba-Minnesota, en invoquant les préoccupations soulevées par les communautés autochtones.

Jeudi dernier, dans un courriel adressé à CBC, un porte-parole du ministère fédéral des Ressources naturelles a reconnu que ce retard était dû à la décision du gouvernement Pallister de résilier les accords conclus entre Hydro-Manitoba et certaines communautés autochtones.

« Nos consultations ont clairement montré que les accords proposés par Hydro-Manitoba aux communautés autochtones, puis interrompus par le gouvernement du Manitoba, étaient essentiels au soutien des Autochtones à ce projet », dit Alexandre Deslongchamps.

« Il est également clair que cette décision a modifié le soutien des groupes autochtones au projet. »

Le projet, qui a déjà déjà reçu l’approbation de l’Office national de l’énergie, constituera le dernier maillon de la chaîne de production d’hydroélectricité des centrales du nord du Manitoba à la frontière américaine en passant par la ligne de transport Bipole III.

En tout, la nouvelle ligne devrait coûter environ 453 millions de dollars et faire passer la capacité d'exportation d'électricité de 2300 mégawatts à 3185 mégawatts.

Le gouvernement du Manitoba a approuvé, en avril, une licence environnementale pour le projet, et le gouvernement fédéral devait prendre sa décision jeudi, mais ce délai a maintenant été prolongé jusqu'au 14 juin.

La province a demandé au gouvernement fédéral d’approuver le projet « immédiatement », ajoutant que des retards pourraient coûter 200 millions de dollars par an aux contribuables manitobains en dommages-intérêts, pénalités et coûts supplémentaires.

L'année dernière, le gouvernement progressiste-conservateur a annulé le versement de 67,5 millions de dollars que prévoyait verser Hydro-Manitoba à la Fédération des Métis du Manitoba (MMF), dans le but de recueillir son soutien pour des projets hydroélectriques. Le premier ministre Brian Pallister avait estimé, à l'époque, que cet accord financier cherchait surtout à « acheter la paix » avec les communautés autochtones.

Un schéma du tracé de la ligne de transmission d'électricité entre Winnipeg et le Minnesota qui passe par les communautés de La Broquerie et de Richer.Hydro-Manitoba veut faire passer des câbles à haute tension de 500 kilovolts au coût de 350 millions de dollars entre Winnipeg et le Minnesota, aux États-Unis, pour vendre son surplus d'énergie. Photo : Radio-Canada

Hydro avait négocié le contrat en vue d'obtenir l'appui de la MMF pour la construction du projet de ligne de transport d'électricité Manitoba-Minnesota.

La MMF a déposé une demande de contrôle judiciaire en juin 2018, demandant à la Cour du Banc de la Reine d'annuler la décision de Brian Pallister de supprimer le paiement de 67,5 millions de dollars et de rétablir la validité de ces contrats.

De son côté, la province affirme que le projet créera des emplois et des revenus au Manitoba tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

La construction du projet de transmission Manitoba-Minnesota est déjà en cours au Minnesota.

Manitoba

Ressources naturelles