•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La voleuse au tournevis est envoyée en thérapie

La femme masquée menace la caissière avec un tournevis.
La femme a menacé la caissière avec un petit tournevis. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Celle qui est surnommée la voleuse au tournevis, Magalie Gilbert, retrouve sa liberté pour la suite des procédures judiciaires, mais doit respecter de strictes conditions.

La femme de 39 ans doit notamment suivre une thérapie fermée de six mois pour soigner ses problèmes de toxicomanie.

Magalie Gilbert est accusée de trois vols qualifiés survenus dans deux dépanneurs de l’arrondissement de Jonquière les 12 et 14 mai.

Elle aurait perpétré des vols au dépanneur Notre-Dame à deux reprises et à une autre occasion au dépanneur Petro-Canada situé dans le quartier Saint-Jean-Eudes. Elle était armée d’un tournevis lors des deux premiers vols et d’un couteau à lame rétractable dans un autre cas.

Le juge lui interdit également de se rendre dans ces commerces et de se trouver sur la voie publique avec des outils.

Il y a certaines conditions pour garantir la sécurité du public. C’est-à-dire que Madame aura l’obligation de se rendre à ce centre de thérapie-là via la détention et d’y rester 24 heures sur 24, interdiction de consommer drogues et alcool et d’être en contact avec des personnes qui consomment. Et l’interdiction de se retrouver en possession d’armes quelconques.

Me Julien Boulianne, avocat de Magalie Gilbert

Il lui sera aussi interdit d’avoir des outils sur la voie publique et de fréquenter les dépanneurs où elle aurait perpétré trois vols.

D'après les informations de Gilles Munger

Saguenay–Lac-St-Jean

Justice