•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

EN PHOTOS - L'eau commence à baisser à Pontiac

Une maison de deux étages sur une butte de terre entourée par l'eau

Une maison isolée par la crue sur la rue Clarendon, à Quyon.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Près de 300 personnes sont toujours sinistrées dans la Municipalité de Pontiac, un mois après le début de la mobilisation causée par la crue printanière.

L'eau commence à descendre dans les secteurs touchés et se trouve maintenant sous les niveaux des inondations de 2017.

Ça va prendre un autre deux ou trois semaines avant que nos citoyens puissent retourner dans leur maison, a mentionné la mairesse Joanne Labadie.

Un panneau de signalisation et son reflet dans l'eau

Au centre-ville de Quyon, les niveaux d'eau sont encore élevés.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Un terrain sportif submergé par la rivière des Outaouais qui est sorti de son lit.

Le niveau de l'eau à Quyon est encore élevé, un mois après le début de la crue.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Selon un rapport de Statistiques Canada, 672 logements ont été inondés ou menacés d'inondation pendant la crue, soit 29 % de tous les logements sur le territoire de la Municipalité. Il s'agit de la plus grande proportion observée parmi les agglomérations canadiennes touchées par les inondations cette année.

La situation est toujours désastreuse, a affirmé John Labrosse, un sinistré de la Municipalité de Pontiac. Quelqu'un doit mettre en marche les pompes au moins une fois par heure depuis trois semaines.

Une digue de fortune a été bâtie à l'aide de sacs de sable pour empêcher l'eau de la rivière des Outaouais de s’infiltrer dans un cabanon.

Le niveau de l'eau est encore très élevé sur le chemin River à Pontiac.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Le centre communautaire est entouré d'eau,.

Sans ce chemin enroché, le centre communautaire de Quyon, dans la municipalité de Pontiac, se retrouverait complètement isolé.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Tout le monde commence à être fatigué. C’est l’attente qui est la plus longue. Les évacués ont hâte de retourner voir leur résidence. C’est très difficile, surtout pour les enfants, d’être déplacés loin de leur école. C’est long aussi pour les employés municipaux, qui ont travaillé des heures sans arrêt pendant trois semaines, a souligné Mme Labadie.

Une maison encerclée par l'eau vue de loin.

Cette maison de la rue Neault, à Mansfield-et-Pontefract, était encore encerclée par les eaux le 17 mai 2019, comme bien d'autres résidences du secteur.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Un parc inondé.

Les niveaux d'eau sont toujours élevés dans la municipalité de Fort-Coulonge.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

La MRC de Pontiac compose aussi encore avec de hauts niveaux d'eau. Au centre-ville de Fort-Coulonge, un parc pour enfants est toujours sous l'eau, tandis qu'à Mansfield-et-Pontefract, des résidences sont toujours isolées.

Un maison et un garage dans une zone boisée entourés d'eau.

L'eau est encore bien présente à Mansfield-et-Pontefract, le 17 mai 2019, un mois après le début de la crue printanière.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Ottawa-Gatineau

Accidents et catastrophes