•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau pourrait dire adieu aux rues conçues uniquement pour les véhicules

Un piéton marche sur une traverse alors qu'un véhicule passe rapidement à côté de lui.
La rue conviviale prévoit la cohabitation entre véhicules, piétons, cyclistes et transport en commun (archives). Photo: iStock Photo / PinkBadger
Emmanuelle de Mer

Les rues où la voiture est reine pourraient devenir chose du passé à Gatineau. Le Service d'urbanisme a présenté jeudi une proposition de politique de « rue conviviale », afin de favoriser la cohabitation entre les automobilistes, les piétons, les cyclistes et les usagers du transport en commun.

Le concept, de plus en plus répandu au Canada et aux États-Unis, prévoit des rues à échelle humaine où on facilite l’accès aux infrastructures de transport et où on intègre les fonctions sociales et économiques dès la conception, explique le document de présentation.

La rue conviviale se veut plus sécuritaire et durable, en plus d’améliorer la santé des résidents en favorisant le déplacement actif des citoyens, souligne-t-on.

Une illustration montre les différences entre l'approche traditionnelle, où la voiture est la priorité, et la rue conviviale, où l'échelle humaine est respectée.La rue conviviale comprend une équité entre les usagers, du plus au moins vulnérable. Photo : Ville de Gatineau

Cela signifie, par exemple, ajouter des trottoirs, des infrastructures cyclables et des arbres, illustre dans un communiqué la conseillère du district du Plateau, Maude Marquis-Bissonnette, aussi présidente de la Commission sur le développement du territoire, l’habitation et l’environnement (CDTHE).

Les zones avec des habitations n’auront plus les mêmes aménagements que des secteurs commerciaux ou industriels avec le même achalandage.

Maude Marquis-Bissonnette, conseillère du Plateau et présidente du CDTHE

La conseillère reconnaît que cette approche est ambitieuse et assez contraignante. Il faut que les projets d’infrastructure à Gatineau améliorent systématiquement la sécurité de tous et favorisent tous les modes de transport, soutient-elle.

De nombreuses villes au pays, de Vancouver à Montréal, ont adopté des politiques de rue conviviale. Le Service d’urbanisme de Gatineau, qui pilote le projet de politique, a d’ailleurs étudié de près les cas de Laval et de Calgary.

Miser d’abord sur les nouvelles rues

Le Service d’urbanisme propose de miser d’abord sur les nouvelles rues en révisant le « devis normalisé ». Mais les rues existantes pourraient aussi être réaménagées. Des critères seront proposés pour sélectionner des rues ayant le potentiel d’évoluer vers une rue conviviale, précise le document du Service d’urbanisme.

Pour développer cette nouvelle approche, la politique proposée a identifié 12 types de rues, dont la rue piétonne (rue Aubry), la rue locale résidentielle, la rue collectrice commerciale (rue Notre-Dame) et l’axe de transport structurant (boulevard Maloney).

Les prochaines étapes

La séance de travail de jeudi n’a mené à aucune recommandation formelle du CDTHE. Une deuxième présentation est cependant prévue l’automne prochain, afin de proposer un nouveau devis normalisé pour les futures rues.

Des consultations sont ensuite prévues avec les services municipaux et les partenaires, comme la Société de transport de l’Outaouais (STO).

Selon l’échéancier proposé, la politique sera présentée l’hiver prochain au conseil municipal en vue d’une adoption.

Ottawa-Gatineau

Politique municipale