•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incinérateur de Québec : deux fois plus de monoxyde de carbone que la norme prescrite

L'incinérateur de Québec

L'incinérateur de Québec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le niveau de monoxyde de carbone qui s'est échappé des cheminées de l'incinérateur de Québec en 2018 a été en moyenne deux fois plus élevée que la norme prescrite, selon le plus récent rapport du Comité de vigilance de l'incinérateur.

Les rejets de monoxyde de carbone ont encore une fois dépassé la norme provinciale, établie à 57 milligrammes par mètre cube.

En moyenne, l’incinérateur a émis deux fois le niveau permis, soit 115 milligrammes par mètre cube. Un sommet a été atteint en octobre, mois durant lequel l'incinérateur a rejeté 350 milligrammes de monoxyde de carbone par mètre cube.

Ces chiffres inquiètent des résidents de Limoilou qui sont persuadés que ces données en cachent d’autres.

Ces émissions-là caché aussi les émissions d’autres polluants eux on a aucune donnée présentement.

Frédéric Narbonne, Mouvement pour une ville Zéro Déchet

« Il y a aussi d’autres produits qui peuvent être émis dans l'atmosphère, dont les furanes, les dioxines et l’arsenic. Ce sont des polluants qui ont déjà été problématiques. Par contre, on n’a pas de données », souligne Frédéric Narbonne du Mouvement pour une ville Zéro Déchet

Le député de Jean-Lesage a pour sa part interpellé le ministre de l’Environnement en chambre. « Le ministre de l’Environnement peut-il s’engager à assurer une veille en continu sur les polluants présents dans l’air des quartiers centraux de Québec? », a demandé Sol Zanetti.

De son côté, la Ville de Québec rappelle que la solution passe par l'installation de brûleurs au gaz performants dans les fours de l’incinérateur. Pour l’instant, un four sur quatre est doté de ces brûleurs. Les autres seront installés au cours des 12 prochains mois.

La Ville s’est également dotée d’un système afin de pouvoir tester la qualité de l’air en continu.

Québec

Politique municipale