•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avis de grève dans une résidence pour personnes âgées de Trois-Rivières

Entrée de la résidence
Environ 80 personnes travaillent à la résidence Valeo Jean XXIII, à Trois-Rivières. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les quelque 80 employés de la résidence privée Valeo Jean XXIII se préparent à faire la grève pendant trois jours les 30 et 31 mai ainsi que le 1er juin.

La résidence, qui héberge environ 150 personnes âgées, est l'une des onze résidences de la province touchées par l'avis de grève déposé jeudi au Tribunal administratif du travail (TAT).

Le mandat en est un de trois journées de grève à la fin mai et début juin, suivies d'une grève générale illimitée.

La résidence Valeo Jean XXIII est la seule de la région à prendre part à ce moyen de pression.

Façade de la résidenceLa résidence Valeo Jean XXIII héberge environ 150 personnes âgées à Trois-Rivières. Photo : Radio-Canada

Les négociations achoppent au sujet du salaire.

Le Syndicat québécois des employés de service réclame un salaire d'embauche de 15 dollars de l'heure ainsi que des augmentations d'un dollars de l'heure chaque année pour un contrat de trois ans.

On s'épuise au privé, les salaires sont bas.

Guylaine Villemure, présidente du syndicat des employés de la résidence Valeo Jean XXIII
Trois femmes dans la rue devant la résidenceDes employés de la résidence Valeo Jean XXIII, à Trois-Rivières : Marielyne Pellerin, préposée aux bénéficiaires, Annie Beauvais, préposée à la buanderie, et Murielle Lord, préposée à l’entretien ménager. (de gauche à droite) Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

La préposée aux bénéficiaires de la résidence Valeo Jean XXIII Marielyne Pellerin est découragée de travailler à 12,30 dollars de l'heure, avec tout le travail qu'on a, la médication qu'on a à donner.

Ça va faire bientôt 25 ans que je suis à la résidence et j'ai seulement 15,04 dollars de l'heure, affirme Murielle Lord, préposée à l’entretien ménager. Elle aime son travail, mais déplore que les tâches s’alourdissent sans que le salaire ne suive.

Pour pouvoir attirer de la main-d'oeuvre, il faut avoir un salaire décent, pour commencer et pour garder ceux qui sont présents, il faut penser à augmenter leur salaire, affirme la présidente du syndicat des employés de la résidence Valeo Jean XXIII, Guylaine Villemure.

Femme devant la résidence, dans la rueLa présidente du syndicat des employés de la résidence Valeo Jean XXIII, Guylaine Villemure, milite pour une augmentation des salaires pour les travailleurs des résidences privées. Photo : Radio-Canada

La direction de la résidence ne veut pas commenter les négociations. Sa priorité est de rassurer les résidents et leurs familles en prévision de cette grève de trois jours.

On va s'assurer de tout mettre en place pour qu'ils ne manquent pas de services.

Caroline Langlois, directrice des opérations à la résidence Valeo Jean XXIII
Dame dans son bureau
La directrice des opérations à la Résidence Valeo Jean XXIII de Trois-Rivières, Caroline Langlois, assure que les patients ne manqueront pas de soins et de services. Photo : Radio-Canada

La qualité des soins va être là, on va tout simplement modifier les horaires, on a un plan pour justement que ça n'ait pas d'impact, indique la directrice des opérations à la Résidence Valeo Jean XXIII de Trois-Rivières, Caroline Langlois.

D'après le reportage de Marie-Pier Bouchard

Mauricie et Centre du Québec

Relations de travail