•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C-69 : des sénateurs conservateurs ajoutent 90 amendements

Des gens manifestent avec des pancarte jaune demandant la mort du projet de loi C-69
Des manifestants à Calgary s'opposent au projet de loi C-69. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les sénateurs conservateurs ont ajouté 90 amendements au projet de loi C-69, qui vise à réviser la façon dont le gouvernement fédéral approuve les projets énergétiques importants.

Ces amendements ont été adoptés en comité et le projet de loi sera renvoyé au Sénat pour une troisième lecture. Ces modifications minimisent notamment la capacité du cabinet d’intervenir dans le processus d’évaluation environnementale d’un projet énergétique.

« Les politiciens auront beaucoup moins d’occasions de s’ingérer dans un processus qui doit reposer sur la science », écrit le sénateur David Tkachuk, porte-parole des sénateurs conservateurs pour le projet de loi C-69, dans un communiqué.

« Le projet de loi améliorera également les délais imposés aux examens de projets, ce qui renforce la certitude des investisseurs et permet à l’industrie de mieux planifier les travaux futurs », indique le communiqué.

L’Alberta s’oppose à C-69

Le premier ministre albertain, Jason Kenney, a vivement critiqué ce projet de loi à plusieurs reprises. Il a affirmé jeudi qu’il est satisfait que les amendements proposés par le gouvernement de l’Alberta et l’Association canadienne des producteurs pétroliers aient été pris en compte.

« J’avais clairement indiqué au comité du Sénat qu’à moins que tous les amendements soient acceptés, le gouvernement de l’Alberta s’opposerait férocement au projet de loi C-69 », a-t-il dit en conférence de presse.

« Ça nous encourage à penser que le comité sénatorial sur l’énergie a entendu les préoccupations du gouvernement albertain et qu’il est en train de réécrire en profondeur ce projet de loi, pour garder en tête le besoin des investisseurs d’avoir un sentiment de sécurité ».

Jason Kenney lors d'une conférence de presse.Le premier ministre de l'Alberta est satisfait que les amendements ont été acceptés. Photo : Radio-Canada

Jason Kenney ajoute qu’il a convié les sénateurs albertains à une rencontre la semaine prochaine pour discuter du projet de loi. Une rencontre à laquelle la chef de l’opposition albertaine, Rachel Notley, a également été invitée.

« Cet enjeu va au-delà des politiques partisanes et on va travailler avec le gouvernement de l’Alberta et toutes les parties concernées pour s’assurer que ce projet de loi soit réparé ou éliminé », écrit Matt Dykstra, un porte-parole pour l’opposition albertaine.

« Le projet de loi C-69 ne fonctionne pas pour l’Alberta, et donc, il ne fonctionne pas pour le Canada. »

Alberta

Politique fédérale