•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ingénieurs de Québec mettent en garde contre l'effondrement de viaducs

Le ministère des Transports du Québec limite le poids maximal des camions sur certaines de ses structures.
Le ministère des Transports du Québec limite le poids maximal des camions sur certaines de ses structures. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les ingénieurs de Québec tirent la sonnette d'alarme. Ils constatent que de nombreux véhicules lourds circulent sur des structures trop fragilisées qui ne sont pas suffisamment surveillées.

L'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ) qualifie la situation de préoccupante. Parmi les routes auxquelles elle fait référence, on retrouve des « viaducs fragilisés par les camions lourds qui ont été pris en flagrant délit de surcharges par les contrôleurs routiers ».

« L'État récolte l'argent des amendes et espère que le viaduc tienne le coup jusqu'à la prochaine inspection générale », s'insurge l'ingénieur Marc-André Martin, président de l’APIGQ.

Il y a certes des inspections menées de façon générale, indique l’association, qui réclame toutefois que des inspections particulières soient réalisées systématiquement quand un véhicule lourd circule sur les structures considérées comme fragilisées.

Les gens circulent sans le savoir sur des structures ayant été sollicitées au-delà de leur capacité sécuritaire. Il est d'une évidence qu'un ingénieur spécialisé en structure doit inspecter un viaduc après qu'un transporteur ait dépassé la limite de poids maximale.

Marc-André Martin, président de l’APIGQ

L'APIGQ déplore que le ministère des Transports (MTQ), qui est au courant de cette situation, n'ait pas été proactif dans ce dossier. Elle invite Québec à démontrer du leadership.

L’Association du camionnage du Québec (ACQ) s’inquiète elle aussi de la situation. Sans excuser le comportement de certains de ses membres, son PDG, Marc Cadieux, explique qu’il est parfois difficile de s’y retrouver en matière de signalisation.

« Il faut penser à une signalisation beaucoup plus en amont pour proposer une voie alternative, ce qu’on ne voit pas, dans bien des cas. Toutefois, nous avons requis, lors d’événements qui nous ont été signalés, une modification d’une signalisation sur la route 104, et le ministère a procédé », explique-t-il.

Le ministre des Transports a brièvement réagi, jeudi. François Bonnardel a déclaré que le nombre de contrôleurs routiers de la Société de l'assurance automobile du Québec a récemment été augmenté et que la sécurité des infrastructures routières de la province est une « priorité absolue » pour le gouvernement.

Le MTQ et l’ACQ estiment à 300 000 le nombre de déplacements de véhicules lourds chaque semaine au Québec.

Avec les informations de Kim Vermette

Politique provinciale

Politique