•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'urgence de l’hôpital Concordia deviendra un centre de soins d’urgence mineure

Devanture de l'Hôpital Concordia.
Le gouvernement du Manitoba annonce qu'elle la salle d'urgence de l'Hôpital Concordia sera convertie en centre de soins urgents d'ici la fin-juin. Photo: Radio-Canada / Darren Bernhardt
Pierre Verrière

La province a annoncé jeudi qu'un centre de soins d'urgence sera établi à l'hôpital Concordia dans les six prochaines semaines. La transition à l'hôpital Seven Oaks, par ailleurs, reste prévue pour septembre.

L'année dernière, la province avait indiqué son intention de fermer la salle d'urgence de Concordia en juin et d'en convertir une partie en clinique sans rendez-vous.

Le ministre de la Santé, Cameron Friesen, a finalement annoncé jeudi que la salle d'urgence de l'hôpital du nord-est de Winnipeg serait transformée en centre de soins d'urgence mineure d'ici quatre à six semaines.

La conversion prévue de l'urgence de l'hôpital Seven Oaks en un centre de soins d'urgence mineure en septembre se poursuivra comme prévu, a également déclaré M. Friesen jeudi.

Le ministre de la Santé a ajouté que les autres changements prévus dans le système de soins de santé seraient suspendus pendant six mois, la responsabilité de ces changements étant transférée à la nouvelle entité Soins communs de la province.

Dans le plan actualisé, Cameron Friesen s’appuyait sur les conseils du Docteur David Peachey, consultant en matière de santé, qui avait passé les dernières semaines à examiner le plan de réorganisation de l’hôpital de Winnipeg.

« Nous acceptons ses principales recommandations et nous allons mettre en œuvre les recommandations clés immédiatement. C'est pourquoi nous annonçons aujourd'hui la création d'un centre de soins d'urgence pour l'hôpital Concordia dans les prochaines semaines », a annoncé jeudi Cameron Friesen.

La refonte du système de santé de la province, qui a débuté en 2017, découle d'un rapport qu'il avait été commandé pour la province en 2015.

« Considérations politiques »

Le chef du Parti libéral du Manitoba, Dougald Lamont, a déclaré que le gouvernement n'écoutait personne. Selon lui, fermer l'urgence de Concordia n'a aucun sens.

« Le Dr Peachey a franchement mal représenté la situation. Les infirmières lui ont parlé de ce qui se passe, mais surtout de Concordia. Si cet hôpital doit continuer à fonctionner comme un lieu spécialisé dans le remplacement des articulations, il faut qu’il soit doté d’un service d’urgences », a-t-il martelé.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) du Manitoba, Wab Kinew, a également critiqué la décision du gouvernement.

« Ce gouvernement est en train de prendre des décisions à propos de notre santé selon des considérations de politique, mais pas des considérations de santé », regrette Wab Kinew.

La fermeture du service d'urgence de Concordia et la conversion prévue en septembre de la salle d'urgence de l'hôpital Seven Oaks faisaient partie de la deuxième phase de la refonte des soins de santé dans la province. Le plan prévoyait la consolidation des soins d’urgence à Winnipeg dans trois endroits, contre six auparavant, afin de réduire les temps d’attente et de gagner en efficacité.

La première phase a vu la fermeture de la salle d'urgence de l'hôpital Victoria et du centre de soins d'urgence mineure du centre de santé Misericordia.

Des manifestants tiennent une pancarte.Le 8 mai, des dizaines de personnes se sont rassemblées à l'hôpital Concordia dans l'espoir d'annuler la décision du gouvernement de fermer la salle d'urgence de l'hôpital. Photo : Radio-Canada / Jason Empson

La semaine dernière, le Dr Peachey a fortement laissé entendre que les urgences de Concordia n'étaient pas prêtes à fermer. Il a déclaré qu'aucun des responsables de la santé ou des travailleurs de première ligne avec qui il s'est entretenu n'avait estimé que l'établissement pourrait devenir une clinique sans rendez-vous en juin.

Le ministre de la Santé avait précédemment déclaré qu'il ne signerait pas la fermeture des urgences de Concordia tant que le service des urgences de l'Hôpital Saint-Boniface, toujours en rénovation, ne pourrait absorber l'afflux prévu de patients.

Une nouvelle clinique pour augmenter le nombre de patients transplantés du rein

Une nouvelle clinique de soins ambulatoires pour les greffes, notamment de reins, ouvrira par ailleurs au Centre des sciences de la santé de Winnipeg.

Cela est rendu possible grâce à deux dons de trois millions de dollars pour un projet qui s’élève à un total à 5,5 millions de dollars et auquel contribuera la Province, a annoncé la direction du Centre des sciences de la santé de Winnipeg jeudi. Cette nouvelle clinique permettra d’augmenter le nombre de greffes de rein effectuées dans la province de 50 à 70 par an.

Le ministre de la Santé, Cameron Friesen, a déclaré que cela allait permettre des gains d’efficacité en matière de greffe et de concentrer les soins des patients qui reçoivent une greffe du poumon et du foie dans une section de l'hôpital.

« Il y aura presque 50 % plus de chirurgies effectuées. Cela signifie que les temps d'attente diminueront », a indiqué M. Friesen. La clinique sera située au 3e étage de l'Institut Kleysen pour la médecine avancée et visera les besoins des patients avant et après leur greffe de rein à Winnipeg, et ceux en attente d’opérations dans d’autres provinces pour des greffes de poumons et de foie.

La nouvelle clinique devrait être prête en 2020.

Avec les informations d'Ian Froese et Mathilde Monteyne

Manitoba

Santé