•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux autres accusés pour un double homicide à Saint-Georges en 2017

Maison entourée d'un ruban jaune de la police.

Deux hommes ont été retrouvés morts dans une maison de Saint-Georges, en février 2017.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada a mis en accusation deux autres personnes relativement au double homicide qui s'est produit à Saint-Georges, au Manitoba, le 28 février 2017.

Les corps de Jody Brown, 43 ans, et de Steven Chevrefils, 35 ans, avaient été retrouvés dans une maison du village situé à environ 100 kilomètres au nord-est de Winnipeg.

En décembre, la police avait déposé deux accusations de meurtre au deuxième degré contre Claude Francis Guimond, 54 ans.

Le 2 mai, la police a déposé deux accusations de meurtre au premier degré et de complicité après le fait contre la fille de Claude Francis Grimond, Shezna Cynthia Guimond, 22 ans.

Le 7 mai, des accusations semblables ont été portées contre Jason Andrew Bruyere, 28 ans. Il avait initialement été accusé des mêmes meurtres, en mars 2017, mais les accusations avaient été abandonnées le lendemain.

La GRC indique que tous les accusés sont de la Première Nation Sagkeeng, située à 13 km de Saint-Georges.

La GRC a mis sur pied une équipe qu’elle a nommée Project Distort pour mener cette longue enquête.

« C’est une enquête complexe qui a exigé des ressources de plusieurs unités de la GRC », indique la caporale Laura Ledrew, de l’unité des crimes majeurs.

« Nous avons passé plus de deux ans et demi à mener cette enquête approfondie et à déterminer les responsables de ces crimes. Nous ne prévoyons pas de porter d’autres accusations », précise Laura Ledrew.

Les trois accusés sont en détention.

Claude Francis Guimond a été le directeur de l’école secondaire Sagkeeng Anicinabe High School.

En décembre, un habitant de Sagkeeng, Donavin Fontaine, disait que son arrestation avait été accueillie de façon mitigée dans la communauté, et avait eu pour effet de créer des divisions et de susciter du ressentiment.

« C’est comme si nous faisions tous le même cauchemar, en espérant tous que nous nous réveillerons pour nous rendre compte que ce n’est pas vraiment arrivé », disait-il alors.

Manitoba

Justice et faits divers