•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeûner pendant 30 heures pour une bonne cause

Le groupe d'élèves pose dans le gymnase.

En tout, 39 élèves jeûneront pendant 30 heures pour rappeler que la famine existe dans le monde.

Photo : Joël Lavoie

Heloïse Rodriguez

Ne pas manger pendant 30 heures. C'est le défi que se sont lancé 39 élèves de l'École Héritage de Falher, dans le nord de l'Alberta. Ils participent à l'initiative 30 heures de famine, de l'organisme Vision mondiale, afin de mieux comprendre la réalité vécue par les jeunes défavorisés dans d'autres pays.

Nadia Sylvain est en 12e année et a décidé de participer au défi pour sensibiliser son entourage à la famine. Pendant 30 heures, elle va seulement boire de l’eau et du jus.

« C’est vraiment une bonne chose de montrer aux autres ce qui arrive dans les pays où il n’y a pas la nourriture comme [ici]. Nous, on peut manger n’importe quand, quand on veut, mais eux, c’est vraiment une réalité différente », explique l'élève de 17 ans.

Même réaction chez Joël Beaudoin, en 11e année, qui participe à cette activité depuis maintenant cinq ans.

« On est chanceux parce qu'on vit au Canada, dans un pays assez riche, on ne voit pas beaucoup ça, la famine, mais il y a beaucoup de jeunes de mon âge qui vont se coucher l'estomac vide », dit-il.

Ces jeunes ont pour objectif de récolter 500 $ pour Vision mondiale. Ils ont commencé leur campagne de financement en avril.

« Je n'étais pas certaine qu'on se rendrait à notre but, mais on l'a dépassé et on continue d'accumuler encore aujourd’hui », se réjouit Nadia Sylvain.

Des jeunes dans un gymnase en train de verser de l'eau dans des seaux.

Toute la soirée, les jeunes vont participer à plusieurs activités à l'école.

Photo : Joël Lavoie

Les jeunes restent à l'école jeudi soir et participent à une série d'activités pour les distraire de la faim. « C’est un projet qu’ils aiment beaucoup et qu’ils veulent refaire chaque année », raconte Joël Lavoie, l’animateur culturel qui encadre cette initiative.

Ce dernier croit que c’est une occasion de rassembler les jeunes et de leur permettre d'ouvrir leurs yeux sur le monde.

« En faisant quelque chose comme ça, ça nous conscientise un peu plus sur ce qui se passe ailleurs sur la planète. Je trouve que c’est très important que les jeunes se conscientisent, même si c'est juste pendant 30 heures [...] en espérant qu'il y a des jeunes engagés quand ils sont plus grands, qui vont peut-être s’engager dans des causes de justice sociale », souligne-t-il.

Les jeunes devront tenir bon jusqu'à 13 heures vendredi, quand ils pourront prendre un premier repas, tous ensemble.

Alberta

Engagement communautaire