•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sorties printanières de pêche au sébaste

Des sébastes.

Des sébastes

Photo : Pêches et Océans Canada / Claude Nozères

Joane Bérubé

Trois bateaux gaspésiens ont pris part à une pêche expérimentale au sébaste ce printemps. Deux équipes de pêcheurs avaient été mandatées pour explorer le golfe à la recherche de bancs de sébastes tandis qu'une dernière équipe a pu tester de nouveaux engins de pêche.

L'équipage du Méridien 66, qui est revenu à quai lundi soir, a notamment procédé à des tests de sélectivité en utilisant des grilles spécialement conçues pour ramener seulement des poissons de taille commerciale à la surface.

L’idée est de laisser les petits poissons au fond de la mer pour qu’ils puissent grandir et être pêchés plus tard, sans laisser échapper trop de poissons de taille légale, explique le chargé de projet chez Merinov, Damien Grelon.

La pêche au sébaste a donc été effectuée avec un chalut expérimental, qui a la forme d’un pantalon et dont les dispositifs de sélectivité, installés à droite et à gauche, sont différents l'un de l'autre. Les résultats des captures de chaque dispositif peuvent ainsi être comparés.

À première vue, le capitaine du Méridien 66, Dan Cotton, estime que le nouvel engin semble bien fonctionner. C’est un peu primaire comme tests, mais, ajoute-t-il, c’était franchement satisfaisant. C’est assez prometteur.

Il faudra par contre attendre l’analyse des données pour valider cette première impression, nuance Damien Grelon.

Un chalutier en mer

Un chalutier en mer

Photo : Radio-Canada / Dan Cotton

Dan Cotton raconte que l’équipage a aussi expérimenté différents lieux de pêche, effectuant les premiers traits de chalut au sud de l’île d’Anticosti pour se rendre par la suite au nord des Îles-de-la-Madeleine puis à l’ouest de la côte terre-neuvienne. Il reste encore beaucoup de petits sébastes, note le pêcheur.

De plus, le sébaste n’était pas partout au rendez-vous, selon M. Cotton.

La pêche a été bonne près d’Anticosti, mais ailleurs moins. Le sébaste, qui migre vers les plateaux de la Nouvelle-Écosse en hiver, ne serait pas encore tout à fait revenu dans le golfe, croit le pêcheur.

Si on sait bien où se trouve le sébaste en été, on connaît moins sa distribution printanière ou automnale, admet Damien Grelon.

D’ailleurs, l’étude, financée en partie par Pêches et Océans Canada, sert aussi à collecter des informations sur les caractéristiques de la population. On sait, explique le chercheur de Merinov, qu’il y a deux espèces de sébastes qui se côtoient dans le golfe. C’est donc de voir quelle est l’espèce dominante dans les captures dans le golfe, de voir aussi ce qui est capturé en majorité en fonction de la profondeur, les ratios mâles et femelles et l’état des femelles, fécondées ou pas.

Le sébaste pêché au printemps sera traité en usine, où là aussi seront effectués des tests.

Ce projet de recherche sur la sélectivité des engins de pêche devrait se poursuivre cette saison pour une dernière année.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie des pêches