•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monia Chokri et Anne-Élisabeth Bossé vivent le rêve de Cannes

Les quatre personnes posent côte à côte en robes et costumes de soirée.

Le producteur Sylvain Corbeil, la productrice Nancy Grant, Anne-Élisabeth Bossé et la réalisatrice Monia Chokri sur le tapis rouge à Cannes

Photo : AFP/Getty Images / ALBERTO PIZZOLI

Radio-Canada

La présentation du film de Monia Chokri La femme de mon frère à Cannes s'est conclue par des applaudissements nourris, en plus de bonnes critiques dans la presse étrangère. Le premier long métrage de la Québécoise peut-il penser à un prix cannois?

La réalisatrice et sa comédienne principale, Anne-Élisabeth Bossé, préfèrent ne pas y penser et vivent simplement le bonheur d’être là.

Monia Chokri ne sait pas si son film a été bien reçu. J’ai l’impression que je n’entendais rien et que je ne voyais rien. Je suis la pire personne pour savoir comment ça s’est passé. Mon corps était là, mais je ne pense pas que mon esprit était vraiment présent, a-t-elle souligné lors d’une entrevue à Gravel le matin.

Les quatre personnes sont sur scène.

Sylvain Corbeil, Nancy Grant, Anne-Élisabeth Bossé et Monia Chokri sur scène avant le début de la présentation du film La femme de mon frère

Photo : Radio-Canada

La réalisatrice n’en est pas à sa première expérience à Cannes. Elle était présente en tant que comédienne pour le film de Xavier Dolan Les amours imaginaires. Toutefois, elle constate que l’intérêt qu'on lui porte cette fois est différent.

Quand on est actrice, on est beaucoup sur notre image, sur ce qu’on projette. Là, j’ai l’impression qu’on s’intéresse à moi pour ma parole. C’est ce qui me rend le plus heureuse.

Monia Chokri

Le film de Monia Chokri présenté à Cannes

De bonnes critiques

Si les critiques sont bonnes au Québec, elles le sont aussi en France, où plusieurs font des liens entre le style de Monia Chokri et celui de Xavier Dolan.

D’ailleurs, le réalisateur était présent lors de la projection du film hier. Il était fier et m’a dit de profiter du moment, dit Monia Chokri.

Les deux femmes sont devant une table avec le nom du Festival.

Monia Chokri et Anne-Élisabeth Bossé présentent le film La femme de mon frère à Cannes

Photo : Getty Images / Pascal Le Segretain

Dans Le Monde, on souligne qu’avec La femme de mon frère, [Monia Chokri] prend le parti original et hautement surprenant de la comédie décalée, menée au rythme d’un montage syncopé et de dialogues mitraillette.

La prestation d’Anne-Élisabeth Bossé est célébrée dans plusieurs médias, notamment dans un article des Inrocks qui souligne la fabuleuse actrice principale.

J’ai un personnage très sombre, très difficile. On a réussi à le rendre comique et attachant. On a bien travaillé, reconnaît Anne-Élisabeth Bossé en entrevue avec Catherine Richer, de l'émission Le 15-18.

Cannes, une expérience unique pour Anne-Élisabeth Bossé

La jeune comédienne vit un peu l’expérience comme un rêve et en profite au maximum. Cependant, elle explique que l’horaire est bien rempli et que c’est la course.

On se lève très tôt. On se fait un peu arranger, car il y a plein de photos et on ne veut pas faire honte au Québec. Et ça s’enchaîne à coup de 10 ou 15 minutes avec des journalistes que je ne connais pas, contrairement [à ceux du] Québec.

Anne-Élisabeth Bossé

Malgré tout, Anne-Élisabeth Bossé entend profiter de son séjour, qui se poursuit la semaine prochaine, pour voir des films lorsque la pression sera tombée.

Les deux femmes sourient à la caméra.

Monia Chokri et Anne-Élisabeth Bossé présentent le film La femme de mon frère à Cannes.

Photo : Getty Images / Pascal Le Segretain

La comédienne n’a pas de stratégie pour une éventuelle carrière internationale, mais ne ferme pas la porte si jamais une occasion se présente. C’est trop tôt, ça vient de commencer. Je vais laisser les choses se déposer un peu.

Anne-Élisabeth Bossé préfère ne pas penser à un prix éventuel pour ne pas être déçue. Ça serait niaiseux de passer deux semaines à Cannes et de revenir avec une déception.

Cinéma

Arts